Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran CNews/ Dailymotion

Conférence de presse

Violences sexuelles : Didier Gailhaguet, président de la fédération, estime qu'il n'a pas commis de "fautes"

Dans le cadre d'une conférence de presse en ce mercredi 5 février, le président de la Fédération des sports de glace a assuré qu'il n'avait pas connaissance des faits de viols et d'agressions sexuelles dénoncés par Sarah Abitbol.

Didier Gailhaguet s'est défendu mercredi d'avoir couvert les agissements de l'ancien entraîneur Gilles Beyer, accusé de viols par plusieurs patineuses.

"Je n'ai absolument pas protégé Gilles Beyer". 

Didier Gailhaguet a affirmé avoir appris les accusations de viols "il y a une semaine et demi" :

"Ces faits, je les ai découverts pour 90% d'entre eux par la presse et par un livre. Ils sont affreux, inadmissibles, nous ne les supportons pas".

Certains faits remontent à plus de 20 ans.

Didier Gailhaguet assure ne pas avoir commis de "fautes", et a dénoncé une ministre des Sports "moralisatrice" et une "fédération salie" :

"Pour être démissionnaire, il faudrait que j'ai commis une faute. Je n'estime pas en avoir commis. Des erreurs, certainement, mais pas des fautes. La ministre ayant annoncé qu'elle mettait en place une inspection générale, j'attendrai les résultats de cette inspection. Je n'avais jamais entendu parler de viol sur les personnes d'Hélène Godard et Sarah Abitbol".

La ministre des Sports et le gouvernement ont souhaité sa démission. 

Malgré sa mise à l'écart par le ministère en 2001, Gilles Beyer avait ensuite poursuivi sa carrière dans son club d'origine, les Français volants, présidé par son frère Alain, jusqu'à son exclusion mardi 4 février. Il a aussi organisé dans les années 2010 plusieurs tournées de gala de l'équipe de France de patinage artistique. Il a effectué plusieurs mandats au bureau exécutif de la fédération jusqu'en 2018.

CNews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !