Valérie Trierweiler confirme que Ségolène Royal avait exigé son départ de la rédaction de "Paris Match" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Rivalité

Valérie Trierweiler confirme que Ségolène Royal avait exigé son départ de la rédaction de "Paris Match"

L'ancienne compagne de François Hollande était invitée sur le plateau de l'émission "C à vous", sur France 5. Valérie Trierweiler a confirmé que ses relations avec Ségolène Royal étaient difficiles.

Elle a notamment indiqué qu'en mars dernier le journal Paris Match souhaitait afficher une figure féministe en une du nouveau numéro. Valérie Trierweiler avait alors proposé le nom de Ségolène Royal. Valérie Trierweiler a néanmoins préféré laisser à ses collègues la mission de contacter Ségolène Royal pour cette couverture.    

"Des femmes, il n’y en a plus beaucoup au parti socialiste. Des figures féministes, il y en a très peu. Et qui aujourd’hui incarne ça ? Elle ! Elle est là depuis longtemps aussi. J’ai eu l’occasion de la suivre quand j’étais journaliste politique. Elle a agi, elle est là et elle parle au nom des femmes".

Lors de son passage dans l'émission C à Vous, Valérie Trierweiler a confirmé que Ségolène Royal avait contacté Paris Match dans le but de la faire licencier. Valérie Trierweiler était interrogée par Anne-Elisabeth Lemoine :

"Elle a demandé votre tête à Paris Match, c’est écrit noir sur blanc dans le numéro de cette semaine".

Valérie Trierweiler a confirmé : 

 "C’était le cas". 

Elle a néanmoins indiqué que la rédaction du journal avait "résisté". 

"C’était compliqué que je reste au service politique, je l’ai vite compris et je suis partie au service culture dans lequel je me sens très bien".

Valérie Trierweiler vient de publier un nouvel ouvrage, "On se donne des nouvelles", aux éditions Les Arènes.  

Franceinfo / France 5

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !