Stéphane Le Foll piège Jean-Jacques Bourdin à son propre jeu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Crédits Photo: Dailymotion

Arroseur arrosé

Stéphane Le Foll piège Jean-Jacques Bourdin à son propre jeu

L'animateur s'est - entre autres - spécialisé dans la maline "question politiquement concrète". Stratagème qu'a utilisé à son égard le ministre de l'agriculture.

L'une des particularités des interviews de Jean-Jacques Bourdin, sur BFM TV/RMC, est la répétition d'une tactique de déstabilisation des invités dite de la "question politiquement concrète" : entre le coût d'un ticket de métro ou celui d'une baguette de pain, l'animateur fait partie de ceux qui aiment poser des questions proches des gens aux personnalités politiques pour savoir si, justement, ils savent de quoi ils parlent.

Ce matin, c'est au tour du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll d'être sur le grill. A 4'30", Jean-Jacques Bourdin déclenche justement les hostilités "politiquement concrètes" : "Je vais vous poser une question concrète : Comment se fait-il que le RSA augmente plus que le SMIC ?". Mais la réponse, cinglante, de Stéphane Le Foll, se joue en deux temps.

D'abord, il rappelle que la comparaison entre RSA et SMIC est un "vieux débat" : "le RSA a été créé pour permettre à des gens à la fois d'assurer le minimum qu'on leur doit tout en pouvant travailler. La question du travail a été integrée dans le RSA". Seconde banderille : la "question politiquement concrète"... mais posée à Jean-Jacques Bourdin lui-même : "Le SMIC aujourd'hui c'est 1 200 euros net. Le RSA, c'est combien Monsieur Bourdin ?".

L'animateur bredouille un timide "500 euros" sur lequel se jette le ministre, qui lui rappelle qu'il est actuellement de 475 euros - et grimpera à 480 euros désormais. Tel est pris qui croyait prendre !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !