Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran France Info /. DR
Le président LR du Sénat, Gérard Larcher, était l'invité de la matinale de France Info ce mercredi 21 juillet 2021.

Logiciel espion

Projet Pegasus : « Je suis certain que la délégation parlementaire au renseignement va se saisir de ce dossier », selon Gérard Larcher

Le président LR du Sénat, Gérard Larcher, était l'invité de la matinale de France Info ce mercredi 21 juillet 2021. Il a été interrogé sur la crise sanitaire et sur le scandale d’espionnage lié aux révélations sur le logiciel Pegasus.

Un consortium international de journalistes a révélé mardi que les téléphones d'Emmanuel Macron et de plusieurs hommes politiques français avaient été sélectionnés par le Maroc en vue d’une possible infection par le logiciel espion Pegasus. Gérard Larcher, président LR du Sénat, a été interrogé sur ce sujet sensible dans la matinale de France Info ce mercredi :

« Il y a une délégation parlementaire au renseignement avec quatre députés, quatre sénateurs. Il se trouve que la présidence vient d'être confiée au président de la Commission des lois du Sénat. Et en toute indépendance, je suis certain que cette délégation parlementaire au renseignement va se saisir de ce dossier ».

Gérard Larcher a indiqué qu’il était très préoccupé par ces révélations :

« C'est un sujet très, très sérieux qu'il faut prendre en considération. Bien sûr, il faut attendre les résultats des vérifications en cours. C'est un sujet d'espionnage et ça dépend des services. C'est un sujet qui relève de la justice et, naturellement, des enquêtes conduites par le parquet ».

Le président du Sénat a expliqué qu'il n'utilisait pas de téléphone sécurisé sauf lors de ses déplacements à l'étranger.

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !