On n'est pas couché : vif échange entre Léa Salamé et Hervé Falciani sur les évadés fiscaux de HSBC | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Clash

On n'est pas couché : vif échange entre Léa Salamé et Hervé Falciani sur les évadés fiscaux de HSBC

Sur le plateau d'On n'est pas couché, le lanceur d'alerte Hervé Falciani a préféré provoquer la chroniqueuse plutôt que de répondre à ses questions gênantes.

Hervé Falciani, ancien informaticien chez HSBC à Genève, avait dérobé les "données clients" de la banque, avant de livrer ces informations au fisc français et lui permettre d'identifier des dizaines de milliers de détenteurs de comptes suisses, français et étrangers. Il était invité hier soir sur le plateau d'On n'est pas couché, sur France 2, à l'occasion de la sortie du livre Séisme sur la planète finance aux éditions La Découverte.

Les motivations originelles du lancer d'alerte restent floues, et Léa Salamé a voulu l'interroger sur le sujet. "“Hervé Falciani, je vais quand même vous poser ma question, pardonnez-moi : est-ce que, à l’origine, quand vous disposez de ces milliers de noms et de numéros de compte en banque d’évadés fiscaux, vous dites-vous que vous allez en faire du fric ?”, lui a-t-elle demandé.

A ce moment, l'invité semble être plus interessé par Anne Roumanoff que Léa Salamé. "Il est malin, il doit se dire qu'elle est humoriste, elle doit être un peu con, elle va me croire", en plaisante Laurent Ruquier.  

Léa Salamé rappelel à Hervé Falciani qu’il existe trois versions différentes de l’affaire qui viennent contredire la sienne, dont celle de sa "maîtresse". L'homme réfuté avoir couché avec elle. Ne croyez pas que toutes les Libanaises....", glisse-t-il, en référence aux origines de Léa Salamé.

 

Lu sur LesInrocks

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !