Michèle Alliot-Marie : "Je vais perdre de l'argent en allant au Parlement européen" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: REUTERS/Gonzalo Fuentes

Argument choc

Michèle Alliot-Marie : "Je vais perdre de l'argent en allant au Parlement européen"

La tête de liste UMP de la circonscription du Grand Sud-Ouest aux élections européennes a assuré sur iTélé, mardi soir, qu’elle ne cherchait pas à se recaser au Parlement européen.

>> Extrait à partir de la 8e minute

Non, non et non. Battue aux dernières législatives, en juin 2012, l’ancienne ministère des Affaires étrangères et européenne Michèle Alliot-Marie s’est défendue, mardi soir, de chercher à se recaser au Parlement européen ; sur le plateau d’iTélé, le journaliste lui fait remarquer que les élections européennes sont considérées par certains comme une voie de "recasage" pour les hommes, et femmes, politiques battues à d’autres élections.

Mais pas MAM, elle qui est tête de liste de l'UMP pour le Grand Sud-Ouest aux élections européennes du 25 mai prochain. Son argument coup de poing ? Ses revenus : "Je vais perdre de l'argent en allant au Parlement européen. Je ne le fais pas pour l'argent ! Si je vais aux européennes c'est que j'ai envie de faire quelque chose pour l'Europe, et pas pour un avantage quelconque".

Comme le rappelle Le Scan du Figaro, un député européen est rémunéré environ 6.000 euros par mois, auquel vient s’ajouter diverses indemnités pour un montant d'environ 5.000 euros. Depuis que Michèle Alliot-Marie n’a plus de mandat électoral, cette dernière perçoit différentes retraites pour ses fonctions de députée française et européenne, une retraite forfaitaire pour les fonctions ministérielles occupées et des revenus privés, issus des conférences qu’elle donne à l'international. "Une fois élue, ces revenus seront tous balayés", assure au Scan un proche de MAM.



Lu sur Le Scan du Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !