Manuel Valls : en 2011, il voulait "déverrouiller les 35 heures" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Reuters
Manuel Valls : en 2011, il voulait "déverrouiller les 35 heures"

Il fut un temps...

Manuel Valls : en 2011, il voulait "déverrouiller les 35 heures"

Matignon a pourtant, et rapidement, recadré ce jeudi le nouveau ministre de l'Economie Emmanuel Macron qui s'y suggérait d'y apporter des modifications.

Trois années ont passé... et un changement d'opinion est visiblement arrivé. Au lendemain de son intervention - très applaudie - au Medef, où il était revenu sur le coût du travail et expliqué que certaines règles pourraient être "allégées" (notamment sur le travail du dimanche), Manuel Valls a pourtant fait machine arrière sur la question sensible des 35 heures.

Matignon "ne reviendra pas sur la durée légale du travail", a-t-il été signalé ce jeudi matin, quelques heures après la publication d'une interview du nouveau ministre de l'Economie Emmanuel Macron dans "Le Point", où il s'y disait prêt à autoriser "les entreprises et les branches à déroger" aux 35 heures.

Pourtant, en 2011, Manuel Valls - alors candidat à la primaire socialiste et déjà tenant de "l'aile droite" du parti - ne tenait pas exactement le même discours qu'aujourd'hui. Comme le rappelle Europe 1, antenne sur laquelle il était alors invité, il avait alors tenu des propos qui avaient d'ailleurs créé la polémique dans son propre camp : "Je prône un dépassement des 35 heures, au nom même d'une augmentation des salaires, d'une augmentation du pouvoir d'achat". Et, sur RTL, n'ajoutait-il pas que son projet était "d’augmenter de 2 ou de 3 heures - à négocier évidemment avec les partenaires sociaux - la durée légale du travail et donc le salaire d’autant, en supprimant également le dispositif sur les heures supplémentaires, en tout cas une partie" ?

>> A lire, sur le même sujet : Qui, en France, travaille vraiment 35 heures ?

Vu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !