Le Sea Watch menace de forcer le blocus italien | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran Euronews / Youtube

42 vies à bord

Le Sea Watch menace de forcer le blocus italien

Depuis une quinzaine de jours, le navire humanitaire Sea Watch est bloqué au large de l'île italienne de Lampedusa. Une quarantaine de personnes sont à bord de ce navire. 

Selon des informations d'Euronews, la capitaine du Sea Watch, Carola Rackete, pourrait prendre une décision forte. Elle s'est exprimée ce mardi auprès des médias italiens. Elle a indiqué qu'elle souhaitait "forcer le blocus italien et porter les migrants en lieu sûr".  Elle a notamment précisé à la rédaction de La Repubblica qu'elle avait l'intention d'entrer dans les eaux italiennes et de rejoindre Lampedusa. 

Ce bateau appartient à l'association allemande Sea Watch. La Cour européenne des droits de l'homme a été saisie par l'ONG allemande. Elle n'est pas intervenue directement mais a demandé à l'Italie "de fournir toute assistance nécessaire" aux personnes vulnérables. 

Matteo Salvini ne souhaite pas que le bateau de l'organisation allemande accoste dans l'un des ports italiens. Il a publié un message sur Twitter indiquant que "le bateau pourrait rester en mer jusqu'à Noël", mais il "n'entrera pas en Italie". 

La capitaine du bateau, Carola Rackete pourrait être poursuivie pour aide à l'immigration clandestine. Une amende de 50.000 euros pourrait lui être infligée suite au décret de Matteo Salvini. Le navire risque également d'être saisi. 

Le navire a secouru 53 migrants sur un canot pneumatique, le 12 juin dernier. Parmi ce groupe, dix personnes ont été autorisées à débarquer sur l’île de Lampedusa il y a dix jours, dont des femmes enceintes et un homme malade. Les 42 autres doivent rester sur le bateau qui risque d’être confisqué s’il entre en territoire italien.

Euronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !