Le diable rouge | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Finance

Braquage

Le diable rouge

Dans le passé, il jouait dans l'équipe de football desRedDevilsde ManchesterUnited. Aujourd'hui, il diabolise les institutions bancaires responsables, selon lui, de tous les maux.

Dans une vidéo qui remonte au 11 octobre dernier, EricCantona constatait l'inanité des manifestations contre la réforme des retraites et proposait que chacun aille retirer son argent de la banque pour détruire un système créateur de pauvreté et basé sur les institutions financières. L'idée, plutôt exprimée sur le ton de la confidence, a été vue par plus de 50.000 personnes sur Youtube et, depuis, nombreux sont les groupes Facebookà relayer "l'appel" prévu le 7 décembre prochain - date à laquelle le peuple est censé passer à l'action...

La presse internationale se fait l'écho de ce phénomène aux quatre coins de la planète. En Espagne, ElPaisconsidère que Cantona "appelle à la révolution". Qué es! qualifie l'ancien footballeur de "leader d'une croisade contre les banques". Même écho en Nouvelle-Zélande, en Turquie, en Russie ou encore en Afrique du Sud.

En Grande-Bretagne, TheGuardianconstate que la campagne Internet de l'action s'intensifie et cite les motivations des organisateurs de la fronde. Le quotidien rapporte également les propos de ValérieOhannesian, membre de la Fédération Bancaire Française, pour qui l'initiative est stupide. Elle ferait d'ailleurs le jeu des cambrioleurs qui auront davantage de facilité à s'introduire chez des particuliers que dans une banque. Avant de connaître la portée de l'action du 7 décembre prochain, ValérieOhannesian en profite aussi pour tacler l'ancienne star du foot: "Si M. Cantona veut retirer son argent de la banque, j'imagine qu'il aura besoin de quelques valises".

Lu sur The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !