Jean-Baptiste Lemoyne : "La seule chose que Valérie Pécresse a nettoyé au Kärcher, ce sont les effectifs de police" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: Capture d'écran Sud Radio / Sud Radio / DR
Jean-Baptiste Lemoyne était l'invité de la matinale de Sud Radio ce vendredi 7 janvier.

Punchline

Jean-Baptiste Lemoyne : "La seule chose que Valérie Pécresse a nettoyé au Kärcher, ce sont les effectifs de police"

Jean-Baptiste Lemoyne, ministre délégué chargé du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie, était l'invité de Sud Radio ce vendredi 7 janvier. Il a notamment été interrogé sur le bilan économique des congés de Noël et sur la campagne présidentielle, suite notamment aux déclarations polémiques de Valérie Pécresse sur le Kärcher et d'Emmanuel Macron sur les non-vaccinés.

Jean-Baptiste Lemoyne, ministre délégué chargé du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie et chargé des Petites et Moyennes Entreprises, était l'invité de la matinale de Sud Radio ce vendredi 7 janvier. Alors que les congés de fin d'année viennent de s'achever, le ministre a été interrogé sur le bilan économique des vacances et de la saison touristique face à la crise sanitaire et avec la menace du variant Omicron. Lors de cette interview, Jean-Baptiste Lemoyne a également été questionné sur le climat de la campagne électorale suite aux petites phrases d'Emmanuel Macron sur son "envie" d'emmerder les non-vaccinés et sur la référence au Kärcher utilisée par Valérie Pécresse. 

Jean-Baptiste Lemoyne a reproché à la droite, sur l'antenne de Sud Radio, les suppressions de postes au sein des effectifs de police lors du mandat de Nicolas Sarkozy notamment. 

La mission des policiers est de plus en plus difficile face au manque d'effectifs ou de moyens.  

Selon Jean-Baptiste Lemoyne, "la seule chose que Valérie Pécresse a nettoyé au Kärcher, ce sont les effectifs de police".

Sud Radio

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !