Didier Raoult : « Ce que nous vivons maintenant n’est pas un rebond, c’est une autre épidémie » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Crédits Photo: Capture d'écran CNews / DR
Didier Raoult professeur IHU Méditerranée entretien sur CNews Laurence Ferrari lundi 15 février 2021 variants Covid-19 coronavirus

Variants du Covid-19

Didier Raoult : « Ce que nous vivons maintenant n’est pas un rebond, c’est une autre épidémie »

Le professeur Didier Raoult a accordé une interview à Laurence Ferrari sur CNews en ce lundi 15 février à l’occasion de la sortie de son nouvel ouvrage, « Carnets de guerre Covid-19, Le plus grand scandale sanitaire du XXIe siècle », publié aux éditions Michel Lafon.

Au cours de cet entretien, il a notamment évoqué la question des variants avec les cas de « réinfection » :

« On a une cinquantaine de cas de gens qui ont eu deux épisodes d'infection avec deux virus différents. On a défini ça au départ comme une réinfection puis on a vu ensuite que le virus n'est pas le même. Ce que nous vivons maintenant n'est pas un rebond, c'est une autre épidémie. […] Tous les nouveaux cas que nous avons actuellement sont dus à des virus qui sont différents des virus que nous avions en mars-avril. […] C'est pas des rechutes, c'est que l'immunité procurée par la première épidémie, chez un certain nombre de personnes, n'est pas suffisante pour protéger contre des virus qui sont proches mais un peu différents ».

Lors de cet entretien, Didier Raoult a également évoqué la question du vaccin :

« Pour chaque vaccin, il faut analyser quel est le risque et quel est le bénéfice dans une situation donnée. Moi je trouve que pour les gens qui sont très à risque […] le bénéfice est plus grand que le risque ».

Didier Raoult a indiqué qu'il trouvait le vaccin chinois « beaucoup plus raisonnable » :

« Il permet de faire face à des variants d'une manière beaucoup plus logique ». 

S’il avait été en mesure de choisir, c'est ce vaccin qu'il aurait privilégié :

« on a des résultats, au Pakistan. Il a un indice de protection de l'ordre de 67%. C'est la même chose que le vaccin contre la grippe. De penser qu'on va avoir mieux que le vaccin contre la grippe c'est déraisonnable ».

Interrogé sur le reconfinement, Didier Raoult a précisé que « la vraie question » était « de trouver comment on détecte les gens positifs » et comment « on leur dit de ne pas aller retrouver des gens négatifs ».

CNews - Dailymotion

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !