Charline Vanhoenacker : "Mais qu'est-ce qu'il fout encore là, Jean-Pierre Elkabbach ?" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Inamovible

Charline Vanhoenacker : "Mais qu'est-ce qu'il fout encore là, Jean-Pierre Elkabbach ?"

"On reproche d'avoir les mêmes têtes en politique, mais ce sont les mêmes gars qui sont maintenus depuis Mathusalem", regrette l'humoriste.

38 ans (!) après son interview de George Marchais restée célèbre (et résumée par le "Taisez-vous Elkabbach" de Thierry Le Luron), Jean-Pierre Elkabbach a encore fait parler de lui, jeudi, lors du troisième débat de la primaire de la droite. Le candidat Bruno Le Maire souhaitait que "ce renouvellement que l’on voit partout" se produise aussi à droite, quand le journaliste a lancé : "Pourquoi ça ne fonctionne pas alors avec vous ?". Une question qui a provoqué la colère de l’ancien ministre de l’Agriculture. "Mais qu’est que vous dites, Jean-Pierre Elkabbach ? Qu’est-ce qui vous dit que ça ne va pas fonctionner ?  Vous connaissez déjà le résultat de dimanche ? Vous savez ce que vont voter les Français ?".

Vendredi soir, Charline Vanhoenacker et Patrick Cohen étaient les invités de "Quotidien" sur TMC, et ont réagi à la séquence.

Pour le journaliste de France Inter, Jean-Pierre Elkabbach "se met en faute. On ne peut pas sur un débat où les concurrents sont là, dire "vous, vous n'avez aucune chance". On ne peut pas faire dans un débat ce qu'on fait dans une interview au quotidien, il se prend un retour de volée".

L'humoriste a, elle, été plus frontale : "la question est : 'Qu'est-ce qu'il fout encore là, Jean-Pierre Elkabbach ?'", a lancé ironiquement Charline Vanhoenacker, avant de poursuivre : "On reproche d'avoir les mêmes têtes en politique, mais ce sont les mêmes gars qui sont maintenus depuis Mathusalem. On ne peut pas passer à autre chose ? C'est peut-être le privé aussi, des histoires de réseaux, voilà."

Lu sur Ozap

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !