"On n'est pas couché" : Jean-François Kahn accuse Aymeric Caron de faire le jeu du FN | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Crédits Photo: Capture d'écran

Houleux

"On n'est pas couché" : Jean-François Kahn accuse Aymeric Caron de faire le jeu du FN

Le journaliste était présent sur le plateau de Laurent Ruquier pour faire la promotion de son dernier livre "Marine Le Pen vous dit merci".

Vifs échanges sur le plateau d'On n'est pas couché. Un de plus. L'émission de Laurent Ruquier sur France 2 est régulièrement le théâtre d'accrochages entre les chroniqueurs et les invités. Ce samedi soir n'a pas dérogé à la règle car Jean-François Kahn et Aymeric Caron se son longuement écharpés à propos du sentiment d'insécurité en France et du Front national. Venu présenter son dernier livre Marine Le Pen vous dit merci, le journaliste s'en est pris au chroniqueur comme le relaie le site Reviewer

"Là vous êtes en train d'accréditer les thèses du Front national au lieu de les combattre"a adressé Jean-François Kahn à Aymeric Caron. Avant de poursuivre : "C'est merveilleux, je n'ai payé personne pour vous avoir face à moi mais c'est formidable (...) Au fond dans ce livre, je parle de vous, pas vous personnellement mais quelque part je parle de ce que vous représentez, vous et quelques autres, de votre façon de combattre le Front national qui a été un échec total, et quelque part, sans que vous vous en rendiez compte, a fait son jeu."

Plaidant la mauvaise foi de son interlocuteur, Aymeric Caron a répliqué: "Vous pensez que vous êtes le seul à avoir les solutions pour battre le Front national ? Vu que cela fait trente ans qu'on vous entend dans les médias apparemment ce n'est pas vous qui les avez les solutions pour combattre le Front national."

lu sur Reviewer

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !