La pollution, cet ennemi insidieux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Une étude récente montre que la pollution en Chine a causé la mort prématurée de plus d'un million de personnes en 2010.
Une étude récente montre que la pollution en Chine a causé la mort prématurée de plus d'un million de personnes en 2010.
©Reuters

Atlantico Green

La pollution, cet ennemi insidieux

Liée aux activités humaines, elle peut prendre plusieurs formes. Mais le résultat est toujours le même sur la biodiversité et notre santé : une catastrophe très difficile à enrayer.

 Zegreenweb

Zegreenweb

Le site www.zegreenweb.com

propose chaque jour toute l'actualité du développement durable et offre une véritable boîte à outil pour un quotidien plus soucieux de la planète (écogestes, recettes de cuisine bio, guide des restos bio, espace emplois verts, covoiturage, éco-consommation, etc.)

 

Voir la bio »

Dans le nord de la Chine, la pollution réduirait l’espérance de vie de plus de cinq ans

Une étude récente avait affirmé que la pollution en Chine avait causé la mort prématurée de plus d’un million de personnes en 2010. Une nouvelle étude s’est penchée sur le lien entre l’espérance de vie de la population et la pollution dans ce pays. Il semblerait que l’espérance de vie dans le nord de la Chine soit plus courte de 5,5 années que dans le sud de ce même pays, et cela en raison de la pollution qui règne au nord de la rivière Huai.

Cela serait en grande partie dû à la combustion de charbon pour le chauffage de la population qui altère depuis plusieurs décennies, en l’occurrence depuis les années 1950, la qualité de l’air dans la région. Les auteurs du rapport estiment ainsi que 500 millions de personnes vont perdre 2,5 milliards d’années de vie en raison de cette pollution. En étudiant des données disponibles sur la période 1981-2000 les chercheurs ont découvert que la pollution était 55% plus importante au nord de la rivière Huai qu’au sud. De la même manière, ils ont étudié la mortalité sur cette même période et ont découvert que le taux était beaucoup plus important au nord qu’au sud.

Lire la suite sur Zegreenweb

Près de 5.000 personnes meurent des conséquences de la pollution à São Paulo chaque année

Selon une étude commandée par l’Institut de la Santé, 4.655 personnes sont décédées en 2011 en raison des conséquences de la pollution de l’air dans la mégalopole de 20 millions d’habitants. Sur la même période, les accidents de voiture ont causé la mort de 1.556 personnes, le sida 874 et le cancer des poumons 1.277. Dans une ville où les transports publics sont vétustes et les infrastructures peu adaptées, il est difficile pour les habitants, à moins de circuler en hélicoptère, de se faufiler dans les énormes bouchons qui paralysent la ville.

Sept millions de véhicules arpentent les rues de la ville chaque jour, et environ mille nouveaux viennent s’ajouter chaque jour. Les accidents sont très nombreux mais cela n’est rien par rapport à la pollution qui en résulte. La concentration de particules liées à la pollution avoisine les 25 microgrammes par mètre cube, soit deux fois plus que la limite suggérée par l’Organisation Mondiale de la Santé. Dans l’état de São Paulo, environ 100.000 personnes seraient décédées entre 2006 et 2011 à cause de maladies respiratoires. Avec l’augmentation de la circulation, on voit difficilement comment la tendance pourrait s’inverser.

Lire la suite sur Zegreenweb

Les effets de la pollution augmentent avec le changement climatique

Une étude publiée dans la revue “Climatic Change” affirme que l’aggravation de la pollution due au changement climatique pourrait coûter la vie à 100.000 personnes de plus chaque année si rien n’est fait pour enrayer la machine.

Les chercheurs se sont appuyés sur une modélisation atmosphérique prédisant une augmentation de la température moyenne de 2,7 degrés Celsius et une augmentation des précipitations de 6%. Ces deux facteurs conjugués risqueraient d’accroître la pollution de l’air que nous respirons et ainsi menacer notre santé. L’ozone et les particules fines se retrouveraient alors en beaucoup plus grande quantité dans l’air, engendrant des maladies respiratoires.

Lire la suite sur Zegreenweb

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !