La police tue ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les propos de Jean-Luc Mélenchon sur la police ont été très commentés ces derniers jours et ont fait beaucoup réagir sur les réseaux sociaux.
Les propos de Jean-Luc Mélenchon sur la police ont été très commentés ces derniers jours et ont fait beaucoup réagir sur les réseaux sociaux.
©Thomas SAMSON / AFP

Politico Scanner

La police tue ?

Grâce au monitoring de Backbone Consulting, Véronique Reille Soult et Victor Boury analysent ce que les internautes ont dit de la campagne des élections législatives et de l'actualité politique sur les réseaux sociaux.

Victor Boury

Victor Boury est directeur général de Backbone Consulting

Voir la bio »

Véronique Reille Soult

Véronique Reille Soult est présidente de BACKBONE consulting

Voir la bio »

Jean Luc Mélenchon, champion du dérapage contrôlé ? 

Communication tous azimuts, campagne de terrain active au soutien des candidats NUPES, nouvelles phrases et concepts politiques chocs… force est de constater que Jean-Luc Mélenchon n’a rien perdu de son énergie légendaire depuis le début de la campagne des législatives, ni de sa faculté à créer la polémique, comme en témoigne sa dernière sortie sur Twitter « la police qui tue » .

Avec 600 000 messages sur Jean-Luc Mélenchon analysés dans les sept derniers jours, auxquels il faut ajouter 500 000 sur La France Insoumise, et un Hashtag #LaPoliceTue trending sur Twitter depuis lundi, le leader de l’union de la gauche fait une fois de plus la « une » en ligne et confirme son statut d’homme clé du scrutin. Pour mesurer la force de ces résultats, il est intéressant de les mettre en perspective avec ceux des ténors du Gouvernement (Gérald Darmanin est par exemple numéro 1 du gouvernement avec 414 000 messages et Elisabeth Borne numéro deux avec 158 000 messages).

Champion des formules chocs, Jean-Luc Mélenchon sait toujours et mieux que personne créer de la visibilité et générer de l’engagement. Avec ce tweet qui a suscité colère et indignation au sein du gouvernement, il a, à nouveau, réussi à attirer la lumière, au point de tirer l’intérêt des Français pour l’élection à la hausse (+43,7% sur les 7 derniers jours).   

À Lire Aussi

Jean-Luc Mélenchon, le troll du troisième tour

Mais la question se pose désormais de savoir si ce dérapage est en réalité contrôlé et si cette stratégie clivante se révèle la bonne pour chacun des deux tours. Grâce à ce tweet en effet, il est fort probable que Jean-Luc Mélenchon embarque un peu plus ses militants, acquis a son positionnement anti-police depuis des années. Une stratégie qui peut donc sembler payante en vue de mobiliser ses communautés pour le vote du 1er tour. Mais rien n’est moins sûr en ce qui concerne le second tour, pour lequel une mobilisation des communautés de droite, historiquement soutien de la Police, mais également des communautés de la gauche modérée délaissées par le PS, peut ruiner les rêves d’une majorité pour la NUPES et de poste de Premier ministre pour Jean-Luc Mélenchon.

BACKBONE consulting

Cabinet de conseil aux dirigeants, expert de l’écoute et de l’analyse de l’opinion

https://backbone.consulting

Consultez ici notre Index #Législatives2022

À Lire Aussi

« La couche NUP(ES)TIALE est l'asile des soucis ; c'est le lit où l'on dort le moins »

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !