Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Et si Pompili était en train de comploter avec Hidalgo et Sarkozy avec Macron ?; Bertrand beaucoup plus fort que Macron face à Le Pen; La Chine mieux armée que les Etats-Unis dans la nouvelle guerre froide.
©

Revue de presse des hebdos

Et si Pompili était en train de comploter avec Hidalgo et Sarkozy avec Macron ?; Bertrand beaucoup plus fort que Macron face à Le Pen; La Chine mieux armée que les Etats-Unis dans la nouvelle guerre froide; Le courage du maire LR de Bron

Mais aussi : L'Express contre Macron et la bureaucratie sanitaire.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

L'Express se plonge dans l'administration sanitaire pour dénoncer "le naufrage bureaucratique". Marianne s'en prend aux "trouillards" qui "n'entendent pas les intégristes" "ne voient pas les harceleurs" et "se taisent face à la censure". Valeurs Actuelles dénonce la dérive des universités et le sectarisme qui y règne. Le Point fait sa Une sur la nouvelle guerre froide entre la Chine et les USA, et propose un "Spécial immobilier" comme l'Obs.

 

Barbara Pompili soupçonnée de préparer un rapprochement avec Hidalgo

 

Barbara Pompili veut-elle faire voter une loi climat bien plus ambitieuse que celle arbitrée par le gouvernement ? Un membre de l'équipe Castex, cité par l'Obs, s'interroge sur sa loyauté : « On ne peut pas être sur le banc des ministres et fomenter des coups avec la majorité. » Il note  que le mouvement créé par la ministre de la Transition écologique et solidaire et le député Hugues Renson, est baptisé « En Commun ! », un vocabulaire proche de celui d'Anne Hidalgo pour sa campagne municipale, « Paris en commun ». Et ce conseiller craint qu'un futur ralliement ne soit possible.

 

Bertrand plus fort que Macron face à Le Pen

 

C'est un sondage Ifop (qui a interrogé 2 554 Français. Un large échantillon censé permettre de réduire la marge d’erreur) publié par Marianne qui le dit :  Au second tour de la présidentielle, Marine Le Pen talonnerait Emmanuel Macron, mais perdrait largement face à un Xavier Bertrand soutenu par toute une partie de la gauche. Face à la patronne du Rassemblement national, l’ancien ministre de Sarkozy l’emporterait avec 57 % des voix, 4 points de mieux qu’Emmanuel Macron.  En revanche, la patronne du RN gagnerait de peu face à Anne Hidalgo.

 

Au second tour, face à Marine Le Pen, Emmanuel Macron réunirait seulement 53 % des voix, trois points de moins qu’il y a cinq mois, et surtout 13 points de moins qu’au second tour de la dernière présidentielle. 

 

Chine-USA : la nouvelle guerre froide

 

Le Point (7 pages) fait sa Une sur la Chine en donnant la parole à un "grand penseur singapourien"  Kishore Mahbubani qui "analyse comment Pékin pourrait bien remporter la nouvelle guerre froide" Même si " Pour les Américains, habitués à toujours triompher, l’idée qu’ils puissent perdre est inconcevable ! Pourtant, il est évident qu’un pays comme les États-Unis, qui n’a pas 250 ans, peut être vaincu par une civilisation qui a 4 000 ans."

 

Le maire LR de Bron menacé de mort

 

Jeune lieutenant de Laurent Wauquiez, Jérémie Bréaud a fait de la sécurité sa priorité raconte l'Obs (4 pages) : "Confronté à des violences urbaines depuis plusieurs semaines, il se retrouve menacé de mort flanqué de deux officiers de sécurité qui ne le quittent plus d'une semelle. Depuis début mars, le maire de Bron, est placé sous protection policière. « Je n'aurais jamais pensé en arriver là », dit l'élu Les Républicains (LR), Des tags sur des palissades de sa ville ont évoqué sa décapitation prochaine. Fin février, sa voiture de fonction a été caillassée, alors qu'il rencontrait des travailleurs sociaux du quartier populaire de Parilly."

 

Son programme: "recrutement de 12 policiers municipaux supplémentaires équipés d'armes léthales; augmentation du nombre de caméras de vidéosurveillance, désormais contrôlées en temps réel; embauche de 40 opérateurs pour ce centre de surveillance urbaine, opérationnel jusqu'à 4 heures du matin... Ces mesures, qui ciblent directement incivilités et trafic des quartiers, n'ont pas plu à tout le monde. Insultes, menaces, les réactions ne se sont pas fait attendre. Depuis, les incidents se multiplient. "

 

L'Express contre Macron et la bureaucratie sanitaire

 

" Emmanuel Macron est en passe de perdre son pari contre le virus. A trop vouloir "gagner du temps", combien de Français vont, eux, perdre la vie ?" demande l'Express (8 pages). Car "il apparait clairement que le pouvoir a perdu son pari. Car ne nous leurrons pas : les rustines imaginées pour faire face n'y suffiront pas. Le virus, devenu plus contagieux, gagne pour l'instant la course contre la vaccination. Son rythme est bien trop lent et les difficultés du laboratoire AstraZeneca ne vont rien arranger. Les transferts sanitaires ne pourront pas suivre le rythme des nouvelles contaminations." 

 

"Le ministère de la Santé et ses soubassements kafkaïens se retrouvent dans le viseur. Himalaya de l'absurde, le recours, avant Noël, au cabinet de conseil McKinsey pour assurer le lien entre les agents de l'Avenue de Ségur et Santé publique France. Comment cette petite administration, qui n'est pas habituée à travailler dans le bruit et la fureur d'une crise totale, s'est-elle retrouvée quasi seule au centre du dispositif ?" s'interroge l'Express.

 

Présidentielle 2022 : Gérard Larcher en embuscade

 

Selon Le Point, a garde rapprochée d’Emmanuel Macron soupçonne le patron du Sénat de préparer une candidature de recours si personne ne faisait consensus à LR. « Larcher voit beaucoup d’élus… Bien sûr qu’il est candidat ! » assure un habitué de l’Élysée. « C’est un faux rond, un gars très anguleux, rusé, les dagues sont aiguisées dans ses poches », subodore un intime du président. 

 

Union de la gauche Hauts de France coup de maître de Mélenchon

 

L'Union de la gauche dans les Hauts de France a été une surprise pour beaucoup d'observateurs politiques. Elle l'a été aussi pour sa bénéficiaire Karima Delli choisit comme candidate, qui ne s'y attendait pas du tout. Même (mauvaise) surprise pour le communiste Fabien Roussel. Car, selon l'Obs, l'écologiste de 42 ans a surtout pu compter sur le coup tactique de Jean-Luc Mélenchon. En campagne pour l'Elysée il refusait que le communiste Fabien Roussel use de sa campagne régionale comme d'un tremplin pour une candidature à la présidentielle. Alors qu'un accord PS-PCF-LFI se dessinait derrière Roussel, les « Insoumis » se sont finalement mis d'accord avec les écologistes poussant tout le monde à s'unir derrière Karima Delli. "Un élu proche des négociations raconte : « Mélenchon s'est montré machiavélique, il a très bien joué. Quand Roussel a découvert l'accord dans la presse, il était vert de rage, je ne vous dis pas les noms d'oiseaux... Pour Karima, qui partait toute seule, c'est la divine surprise".

 

Sarkozy et son poker menteur avec Macron

 

L'Express revient sur les rumeurs de rapprochement de Nicolas Sarkozy en direction de d'Emmanuel Macron à l'occasion de l'élection présidentielle : "  "Ça fout un peu le trouble", reconnaît volontiers un très proche de l'ancien président qui raconte avoir reçu plusieurs SMS d'élus LR adjurant : "Faut qu'il arrête avec Macron !" Les contempteurs de Nicolas Sarkozy veulent voir dans sa formulation la preuve d'une trahison à venir, tandis que ses soutiens assurent, eux, que jamais au grand jamais il ne lui viendrait à l'esprit l'idée de tourner le dos à son camp avant le premier tour de l'élection présidentielle." 

 

Pas de souci pour les MoDem pro-Pécresse

 

Aucune mesure de rétorsion concrète n’a été brandie par François Bayrou contre les sept élus du MoDem lorsqu’ils ont annoncé leur soutien à Valérie Pécresse pour les régionales en Île-de-France, au vif agacement de LREM souligne Le Point.

 

Présidentielle 2022 : Manuel Valls n'est pas mort

 

"Il faudra encore compter avec lui dans la perspective présidentielle de 2022, même si une candidature n’est pas d’actualité".  Le Point publie des extraits "en exclusivité"  de " Pas une goutte de sang français " le nouveau livre de Manuel Valls.

 

L'ancien Premier ministre souligne : "Je consacre un chapitre à la France que je n’aime pas, celle d’Éric Zemmour et d’Assa Traoré. Ils sont en effet les deux bras de la tenaille identitaire et les caricatures de notre débat, alors qu’ils auraient pu incarner de beaux destins français. Leurs outrances contribuent à remplacer la confrontation d’idées par un affrontement binaire et stérile, dangereux pour la démocratie." 

 

Vals ne ménage pas LREM : " Si les partis traditionnels sont dépassés, la République en marche, censée incarner le nouveau monde, est une coquille vide, elle n’a pas d’histoire, pas de projet, pas de racines locales. C’est un sacré problème dans un pays qui vit toujours dans une nostalgie rurale, pastorale, celle de l’ancrage." 

 

Et Valls confirme son retour : "  je reviens dans le débat politique français. Je suis lucide, je connais le jugement des Français sur moi, je connais la situation du pays. Mais je veux m’exprimer, librement, être utile." 

 

Robert Hue (ex-PCF) humanitaire en lutte contre une maladie qui ravage l'Afrique

 

On l'avait oublié, il avait disparu de la scène politique : Robert Hue, le communiste barbu, nain de jardin dans les Guignols de l'Info. L'Obs (3 pages) explique que l'ex-patron du Parti communiste français s'est lancé dans une croisade pour l'éradication de la drépanocytose, maladie génétique qui touche essentiellement le continent africain. Robert Hue est désormais à la tête d'une ONG, Drep-Afrique, contre une affection qui touche une dizaine de millions d'Africains et provoque chaque année la mort de centaines de milliers d'enfants, dans une indifférence quasi générale. Il le dénonce dans le « Manifeste pour une maladie oubliée » qu'il publie chez Fayard.

 

Marianne contre les "trouillards"

 

Marianne  critique les "trouillards" qui ne bougent pas face aux intégristes, harceleurs, et aux censeurs (10 pages). "La frousse s’installe. Face au Covid, bien sûr. Mais aussi face à l’intimidation exercée par les réseaux sociaux, les caïds de banlieue, les intolérants de tout poil, les managers sans scrupule. Marre de baisser les yeux et de fermer sa gueule". Et les médias seraient aussi touchés : "Dans les rédactions, parfois, il vaut mieux se taire plutôt que d’affronter les sujets qui fâchent.

 

Exemple à Télérama : « Il y a des icônes auxquelles tu ne peux pas toucher, comme Virginie Despentes. Tu ne peux même pas rappeler qu’elle avait écrit “aimer” les frères Kouachi après l’attentat contre Charlie Hebdo », se souvient un ex-journaliste de la rédaction.

 

Autre exemple à Slate : "À Slate, où des désaccords existent, notamment sur l’écriture inclusive, les urnes ont départagé les journalistes. Aux dernières élections professionnelles, les deux candidates perçues comme les plus woke ont fait un bide: l’une d’elles n’obtenant même qu’une seule voix… probablement la sienne.

 

Valeurs contre les dérives de l'université

 

"L’affaire de Sciences Po Grenoble révèle un enseignement supérieur soumis à la censure, au sectarisme et aux délires progressistes." aux yeux de Valeurs Actuelles (10 pages) qui cite l'exemple de Geoffroy de Lagasnerie : "Philosophe et sociologue, l’autoproclamé héritier de Bourdieu, Deleuze et Derrida est au micro de France Inter le 30 septembre dernier, lorsqu’il expose sa pensée: « Le but de la gauche, c’est de produire des fractures, des gens intolérables et des débats intolérables dans le monde social.[…]je suis contre le paradigme du débat », entame-t-il. Le jeune professeur insiste: « J’assume totalement le fait qu’il faille reproduire un certain nombre de censures dans l’espace public, pour rétablir un espace où les opinions justes prennent le pouvoir sur les opinions injustes. »Qui serait alors chargé de discriminer le juste et l’injuste? Lagasnerie refuse que ce soit la loi, il préfère que ce soit « l’analyse sociologique ». De telles déclarations ne provoquent pas l’indignation des étudiants, encore moins des professeurs".

  

Bataille pour la succession à la direction de Sciences Po

 

Trois candidats déclarés à la présidence de la FNSP (Fondation nationale des sciences politiques) note Le Point : Romain Rancière, Nonna Mayer et Pascal Perrineau. "Le premier a pour lui son âge (50 ans). Ses deux challengers ont plus de 70 ans. Mais ce normalien, a deux tares, que ses détracteurs n’ont pas manqué de souligner. Il est professeur dans une université américaine et n’a jamais enseigné à Sciences Po. Nonna Mayer et Pascal Perrineau sont davantage dans le moule. Ce sont deux politologues reconnus." Mais certains opposants à Nonna Mayer l'accusent de sympathie pour les thèses islamo-gauchistes. Quoiqu'il en soit, mi-mai, la FNSP aura un nouveau patron. Celle-ci choisira ensuite un nouveau directeur pour l’école. 

 

L'insaisissable roi du shit

 

L'Obs (12 pages) évoque les plus gros trafiquants français de drogue et s'intéresse particulièrement à l'un d'entre eux : "Moufide Bouchibi a commencé petit dealer avant de devenir le plus gros importateur de cannabis en France. Pourchassé depuis des années par la police, il est en fuite en Algérie, et ce que l'on connaît de sa vie est un roman noir : meurtres, enlèvement, trahisons et grosses cylindrées". L'hebdo rappelle que les revenus annuels du trafic de stupéfiants tourneraient, selon certains observateurs, autour de 3,5 milliards par an tandis que d'autre parlent de 5 milliards.

  

France-Chine : le piège de la coopération scientifique

 

"Comment Pékin profite de nos chercheurs" Le Point (4 pages) s'intéresse aux

"coulisses de la coopération scientifique anarchique avec la Chine et son armée". car des experts s’inquiètent "des partenariats scientifiques noués avec les universités chinoises de plus en plus embrigadées dans le système d’innovation destiné à alimenter l’Armée populaire de libération (APL), l’armée chinoise. Phénomène ancien, cette proximité des recherches civile et militaire est devenue une politique assumée et renforcée sous Xi Jinping, qui en a fait une « stratégie nationale » en 2015. Objectif : rattraper par tous les moyens le retard technologique de l’APL et en faire une « armée de rang mondial » à temps pour le centenaire de la République populaire de Chine, en 2049." 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !