Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
©MEHDI FEDOUACH / AFP

Atlantico Green

Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles

Des chercheurs de l’Université de Purdue ont développé une peinture si réfléchissante qu’elle permet de refroidir une surface, même en plein soleil.

Jonathan Paiano

Jonathan Paiano

Jonathan Paiano, diplomé en ingénierie générale et en management, est journaliste scientifique à mi-temps. Ses spécialités : physique, astrophysique, technologies, informatique. L'autre partie de son temps, il la consacre à diriger sa jeune Start-Up, dont deux autres sites internet : nova-tech.ch et futuraweb.ch.

Voir la bio »

Atlantico : Des scientifiques de l’Université de Purdue ont développé une peinture ultra blanche qui permettrait de rafraichir les immeubles. En quoi ça consiste ?

Jonathan Paiano : L’idée est de produire une peinture dont les propriétés optiques permettent de réfléchir la lumière du soleil avec une très grande efficacité. Dans ce cas, les chercheurs ont atteint une efficacité supérieure à 95%. Grâce à cela, le rayonnement ne peut plus chauffer autant la surface, qui d’ailleurs dans ce cas dégage également de la chaleur par transfert radiatif (ou refroidissement radiatif).

Pourquoi est-ce important de rafraichir les immeubles ?

Comme expliqué dans mon article sur Trust My Science, à l’heure où le réchauffement climatique nous demande d’innover et de trouver des solutions plus durables pour subvenir à nos besoins énergétiques (ce qui inclut le fait de chauffer et refroidir nos habitations), ce genre d’innovations agissant directement sur l’efficacité énergétique des bâtiments est plus qu’encourageant, surtout dans les pays en développement, où les moyens techniques sont plus rudimentaires.

Cette peinture permettrait d’obtenir une économie considérable sur la climatisation, s’élevant à environ 40 euros par mois de dépense énergétique pour une maison typique de 200 mètres carrés.

Les scientifiques cherchent à développer ce type de peinture depuis les années 70. Pourquoi les anciennes recherches n’ont pas fonctionné ?

Cette peinture utilise une disposition moléculaire particulière à base de carbonate de calcium. Les chercheurs ont réussi à distribuer de façon homogène des particules de différente taille, ce qui permet de traiter différentes longueurs d’onde et d’obtenir l’efficacité annoncée. En plus de produire cela en laboratoire, il faut penser à l’industrialiser. Et jusqu’ici, je ne pense pas que nos technologies et connaissances le permettaient... Mais il s’agit aussi simplement de l’effet de la recherche dans le domaine, qui dure depuis des années et qui a permis d’aboutir à un produit efficace et utilisable, essais après essais. 
 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !