Castaner, l'homme à qui Macron pardonne tout, Philippe le premier ministre politiquement asexué ; Quatennens, le gauchiste bien sous tous rapports ; Corée du Nord : tueuses sans le savoir ; Trieste, cheval de Troie chinois en Europe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Castaner, l'homme à qui Macron pardonne tout, Philippe le premier ministre politiquement asexué ; Quatennens, le gauchiste bien sous tous rapports ; Corée du Nord : tueuses sans le savoir ; Trieste, cheval de Troie chinois en Europe
©Capture d'écran

Revue des hebdos

Castaner, l'homme à qui Macron pardonne tout, Philippe le premier ministre politiquement asexué ; Quatennens, le gauchiste bien sous tous rapports ; Corée du Nord : tueuses sans le savoir ; Trieste, cheval de Troie chinois en Europe

Sans oublier : Jeanne d'Arc l'incontournable

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein,, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

Castaner intouchable ?

"Après 9 mois de fiasco, il est toujours là" titre Marianne pour qui Le ministère de l’Intérieur, il en rêvait ! Mais, alors que les accusations d’incompétence reprennent de plus belle après la mort de Steve Maia Caniço, à Nantes, le séjour de Christophe Castaner place Beauvau prend des allures de cauchemar. Et son statut de macroniste de la première heure apparaît comme son seul bouclier".

Bref : " Intouchable, Castaner ? Il existe une constante depuis le début du quinquennat : à ses fidèles de la première heure, Macron pardonne. Beaucoup. Or, Christophe Castaner est l’un des rares parlementaires à l’avoir publiquement rejoint, dès 2016, alors que François Hollande n’avait pas encore renoncé à la présiden- tielle. C’est pourquoi, dans les hauts cercles de la Macronie, on n’envisage pas une seule seconde la possibilité d’une exfiltration".

Edouard Philippe adroit plutôt qu'à droite

Long portrait du Premier ministre dans Valeurs Actuelles (5 pages) : " Étrange destinée que celle de cet ancien directeur général de l’UMP en train de redresser les torts du groupe LR à l’Assemblée nationale. De cet ancien lieutenant d’Alain Juppé devenu général en Macronie, de cet ancien rocardien démissionnaire d’une droite en plein renouveau conservateur, de cet ancien directeur des relations publiques d’Areva qui réfléchissait, quelques jours avant d’être nommé Premier ministre par Emmanuel Macron, à s’inscrire au barreau de Paris ou à monter un fonds d’investissement. De cet homme de droite fondu dans l’“asexuation” politique du macronisme."

Quel est le style du Premier ministre ?  : "Il y a une expression anglaise, assez moche il faut bien le dire, qui revient dans la bouche de tous les ministres quand on leur demande quel genre de chef d’équipe est Édouard Philppe: “Il n’est pas dans le micromanagement.” Si nous avons bien compris la signification, cela correspond au fait qu’il laisse un peu de latitude à ses ministres et ne se noie pas dans le détail de leurs problématiques."

Insoumis : l'impeccable Quatennens

Aussi maîtrisé que Jean-Luc Mélenchon est outrancier, Adrien Quatennens le numéro deux de La France insoumise a  séduit Le Point. Et il a su se rendre indispensable dans son parti (3 pages) : "Assis en face de ce jeune homme de 29 ans longiligne, à la coupe en brosse rousse, à la veste noire cintrée - qu'il n'a pas quittée malgré la chaleur caniculaire -, à la diction impeccable, sans la moindre hésitation, on serait tenté assez vite de déclarer forfait."

L'Insoumis confirme : "La radicalité, je la porte dans mes idées. En revanche, sur la forme, je suis persuadé qu'il faut incarner quelque chose d'ordonné. L'incarnation doit rassurer. J'en ai eu conscience très tôt, notamment parce que la famille politique à laquelle j'appartiens est souvent vue comme une bande d'échevelés". Etonnant personnage qui ne cache pas avoir pleuré à la mort de Johnny Hallyday, il est allé "bonnet vissé sur la tête « pour ne pas être emmerdé », se recueillir à la Madeleine « en chialant, justement, comme une madeleine ».

Ira-t-il défier "Martine Aubry aux prochaines élections municipales à Lille, où Jean-Luc Mélenchon était arrivé en tête au premier tour de la présidentielle avec 30 % des voix ?" Le Nordiste prend soin de garder le suspense conclut Le Point.

Tueuses sans le savoir manipulées par la Corée du Nord

"Le 13 février 2017, Kim Jong-nam, demi-frère de l'autocrate nord-coréen, est assassiné à l'aéroport de Kuala Lumpur. Deux jeunes femmes l'ont tartiné d'un liquide neurotoxique croyant faire une plaisanterie filmée en vidéo" étranges détails racontés par l'Obs qui revient sur cette vieille affaire (4 pages).

"Elle le barbouille d'un liquide qui sort d'un tube de lotion pour bébé. Puis Doan Thi Huong, c'est le nom de cette jeune Vietnamienne de 29 ans, s'esquive et va se laver les mains. Juste avant elle, Siti Aisyah, une autre jeune femme, indonésienne, cette fois, s'était livrée à la même manoeuvre. Kim Jong-nam va aux toilettes. Suffoque." Puis le demi-frère du dictateur nord-coréen Kim Jung-un meurt. "Les deux « lotions » combinées forment un cocktail mortel, le poison neurotoxique VX".

"Ensuite Doan Thi Huong, est repartie à son hôtel, tranquillement. Elle rêve au futur de star que lui a promis son « producteur ». Se faisant appeler Monsieur Y, celui-ci est en réalité un agent nord-coréen qui se fait passer pour un Sud-Coréen. Il l'a recrutée il y a quelques semaines pour effectuer ce qu'elle croit être un canular destiné à une chaîne YouTube (...) comme l'Indonésienne Siti Aisyah, d'ailleurs, même si elles ne s'étaient jamais croisées auparavant."

« C'est le meurtre parfait. (...) Les filles n'étant au courant de rien, impossible de remonter jusqu'au commanditaire », décode Anna Fifield, journaliste au « Washington Post », qui vient de sortir « The Great Successor », ouvrage passionnant sur le dictateur.

Trieste, cheval de Troie

Le Point revient (19 pages) sur le projet de nouvelle Route de la Soie mis en oeuvre par la Chine dans plusieurs pays. L'hebdo évoque le fait que
"L'Italie et la Chine viennent de signer une série d’accords économiques, dont l’un des plus significatifs – et polémiques – est celui d’intégrer les ports de Gênes et de Trieste à la nouvelle route de la Soie chinoise" On ne le sait pas mais Trieste et " Déjà redevenue le principal port commercial italien en dépassant Gênes en volume de marchandises en 2013" selon Le Point et, "elle a toutes les chances de voir les flux de produits en provenance de Chine exploser dans les années qui vont suivre."

Municipales Paris : pas de candidat RN

Le Rassemblement national (RN) ne présentera pas de candidat aux prochaines élections municipales à Paris souligne l'Obs. A la place, le parti de Marine Le Pen a décidé de se ranger derrière une singulière candidature : celle de Serge Federbusch, partisan de l'« union des droites » et ex-conseiller de Bertrand Delanoë. Un choix critiqué par certains au sein du RN qui trouvent Federbusch "trop libéral".

La grande misère des ponts français

Au moins 25 000 ponts, soit environ 10% du total, sont en mauvais état et posent des problèmes de sécurité et de disponibilité pour les usagers selon un rapport de la mission d'information sur la sécurité des ponts, créée par dix sénateurs après la catastrophe de Gênes, cité par Le Point (4 pages).  Il y a 24 000 ponts qui appartiennent à l'Etat, et il y aurait, entre autres, 21 grands ponts à réparer dont celui de Saint Cloud (Hauts de Seine). Mais 90% des ponts du réseau routier français sont gérés par les collectivités territoriales.

Secrets de famille et ADN

L'Obs consacre son dossier aux "Adultères, incestes, paternités tenues secrètes..." estimant que  "La popularisation des tests ADN dits « récréatifs », dont l'interdiction en France est facilement contournée, a un effet collatéral: elle met au jour de vieux secrets de famille. Aux Etats-Unis, des dizaines de millions de personnes sont inscrites dans d'immenses bases de données. Les sociétés commercialisant les kits de tests ADN, en plein essor, permettent des recherches généalogiques. Des groupes Facebook réunissent même ceux qui sont déstabilisés par une « surprise génétique »".

Urgence climatique ? Pour les autres ! Pas pour moi !

Bonne annalyse de Christian Gollier, le directeur de la Toulouse School of Economics, (interview 4 pages dans l'Obs) à propos de l'urgence climatique : "Si consensus il y a, c'est pour que les autres réduisent leurs émissions de CO2 ! Les Américains voudraient que ce soient les Chinois, les Chinois souhaiteraient que ce soient les pays développés, qui en ont tant et tant envoyé dans l'atmosphère depuis la révolution industrielle, les Français visent les Américains, trois fois plus gaspilleurs qu'eux, les « gilets jaunes » souhaitent que ce soient les riches, d'autres visent les Qataris, qui émettent huit fois plus de CO2 que la moyenne mondiale et quatre cents fois plus qu'un habitant de République démocratique du Congo. Tout le monde justifie son inaction par celle des autres".

Retour sur Jeanne d'Arc

Pourquoi parler de Jeanne d'Arc en ce mois d'août ? Parmi les réponses proposées par valeurs Actuelles, qui lui consacre sa Une et un grand dossier (16 pages), on lit "elle demeure un personnage historique honoré très largement à travers les siècles, bien au-delà des dissensions idéologiques. Jeanne est politique. Depuis sa mission, qui consistait à bouter l’ennemi hors de France et à faire sacrer le roi Charles VII, délégitimé par le traité de Troyes, jusqu’à sa condamnation, décidée par ses ennemis et leurs alliés, permise par le silence du roi. Sa mort et sa réhabilitation furent aussi politiques que sa vie."

Dans ce dossier, on trouve aussi un texte signé Philippe de Villiers, auteur du livre "Le roman de Jeanne d'Arc" (560 pages chez Albin Michel) Et un autre texte de Pascal-Raphaël Ambrogi, haut fonctionnaire, écrivain qui est le coauteur du "Dictionnaire encyclopédique de Jeanne d'Arc" (Descléee de Brouwer, 2016 pages). Ambrogi cite Claudel "qui a fort justement rappelé que « Jeanne est là pour nous dire qu’il y a toujours quelque chose de mieux à faire que de ne rien faire »".

Quoi de mieux pour conclure ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !