Virus Ebola : la France déconseille de se rendre dans les pays touchés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La France a déconseillé à ses ressortissants de se rendre dans les pays touchés par le virus Ebola
La France a déconseillé à ses ressortissants de se rendre dans les pays touchés par le virus Ebola
©REUTERS/Department of Health/Handout

Mesures de précaution

Virus Ebola : la France déconseille de se rendre dans les pays touchés

D'autres pays prennent le même genre de mesures de précaution alors que plus de 1 300 cas confirmés ont été répertoriés depuis le début de l'épidémie, dont 729 mortels.

Le virus Ebola fait des ravages. Le bilan ne cesse d'alourdir. Il s'agit de la plus forte épidémie de l'histoire. Celle-ci est même déclarée "hors de contrôle" par Médecins sans frontières avec 1300 cas déclarés, dont 729 mortels, depuis le début d'année. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), entre les 23 et 27 juillet, "un total de 122 nouveaux cas ainsi que 57 décès ont été notifiés en Guinée, au Liberia, au Nigeria et en Sierra Leone". La pandémie est telle que les autorités sanitaires françaises ont recommandé vendredi à leurs ressortissants de se rendre dans les pays frappés par le virus. 

Concrètement, comme le souligne Le Parisien, la rubrique "Conseil aux voyageurs"  du site Internet du Quai d'Orsay prévient ainsi les personnes qui doivent voyager : "Sauf raison impérative, il est recommandé aux Français de suspendre tout projet de voyage dans les pays où des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola sont avérés (Guinée, Sierra Leone, Liberia, Nigeria)." Cette recommandation intervient alors que l'OMS a exhorté vendredi à une mobilisation internationale contre le virus qui "avance plus vite" que les efforts pour l'endiguer et alors même que la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia ont décidé d'imposer un cordon sanitaire autour de l'épicentre de l'épidémie.

A lire sur le sujet : Sylvie, médecin sur le front Ebola : "Pour la première fois, faire mon travail m’a brisé le cœur"

Selon le quotidien, dans cette zone, qui sera isolée par la police et l'armée, les services de santé seront "renforcés pour que le traitement, le dépistage et le traçage des contacts puissent être réalisés efficacement" a précisé la directrice de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) Margaret Chan. Il a également été décidé de "fournir au personnel de santé des incitations, des traitements et des protections afin qu'il retourne travailler", a-t-elle ajouté.

Mais la France n'est pas le seul pays à prendre des mesures de précaution. Ainsi, aux Etats-Unis, la même prudence est affichée. Les centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC) "recommandent d'éviter les voyages non essentiels en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone", a déclaré le Dr Tom Frieden, directeur des CDC lors d'une conférence de presse. Alors que les Etats-Unis doivent dépêcher cinquante de leurs experts en plus dans les zones touchées, celui-ci met en garde : "Il s'agit de la plus importante et de la plus complexe épidémie d'Ebola de l'histoire et un trop grand nombre de vies ont déjà été perdues. Il faudra de nombreux mois pour arrêter cette épidémie et ce ne sera pas facile, mais nous pouvons y mettre fin". 

Toujours selon Le Parisien, l'Italie déconseille également tout voyage "non nécessaire" en Sierra Leone et recommande à ses ressortissants d'éviter la Guinée et le Liberia. A noter que la compagnie aérienne Emirates a décidé de suspendre ses vols vers Conakry en Guinée à compter de samedi et jusqu'à nouvel ordre. Enfin, une réunion d'urgence pour "évaluer les implications internationales de l'épidémie en Afrique de l'Ouest" aura lieu le 6 août.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !