Viols en Isère : l’Education nationale était informée d'une plainte contre le professeur, classée sans suite en 2001 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Viols en Isère : l’Education nationale était informée d'une plainte contre le professeur, classée sans suite en 2001
©

Rebondissement

Viols en Isère : l’Education nationale était informée d'une plainte contre le professeur, classée sans suite en 2001

Selon le Dauphiné Libéré, le professeur écroué à Villefontaine, en mars dernier, était visé par une plainte pour agression sexuelle sur une fillette de 4 ans, il y a 14 ans.

Voilà qui ne va pas apaiser la colère des familles de l'école du Mas de la Raz à Villefontaine (Isère). Selon le Dauphiné Libéré, confirmé par une source judiciaire de l'AFP, l'Education nationale avait été informée d'une plainte pour une agression sexuelle sur mineurs, contre le Romain Farina, le professeur mis en examen en mars dernier pour ces mêmes faits.

En 2001, des parents avaient ainsi déposé plainte, assurant que l'homme avait "touché les fesses" de leur fillette de quatre ans. Le professeur s'est défendu en expliquant, selon le Dauphiné Libéré, avoir simplement "remis correctement la robe de la fillette pour cacher sa culotte."

A LIRE AUSSI  - Viols dans une école de l’Isère : quand Najat Vallaud-Belkacem balance sur la justice pour mieux oublier les fautes de l’Education nationale

Avec un casier judiciaire inexistant à l'époque, il n'est pas poursuivi et l'affaire est classée. "Un signalement auprès de son administration de tutelle, l’Education nationale, aurait toutefois été fait," précise le quotidien régional.

En mars dernier, après les aveux du suspect présumé, l'Education nationale avait assuré que l'administration ignorait le passé de Romain Farina, malgré une condamnation en 2008 pour détention d'images pédopornographiques.

Lu sur France TV Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !