Viol présumé au 36 quai des Orfèvres à Paris : ils "n'ont plus leur place à la police judiciaire" dit le directeur de la PJ | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Viol présumé au 36 quai des Orfèvres à Paris : ils "n'ont plus leur place à la police judiciaire" dit le directeur de la PJ
©

Viol présumé au 36 quai des Orfèvres à Paris : ils "n'ont plus leur place à la police judiciaire" dit le directeur de la PJ

L'enquête se poursuit concernant l'affaire du viol d'une Canadienne de 34 ans. Deux policiers ont été mis en examen dimanche pour viol en réunion. Un troisième policier a été longuement entendu et placé sous statut de témoin assisté. Ce lundi, Bernard Petit, le directeur de la PJ parisienne s'est exprimé sur Europe 1. Pour lui, cette affaire "extrêmement grave" entache la réputation du 36 quai des Orfèvres à Paris.

"Nous attendons les résultats de l'enquête, mais d'ores et déjà, sur le plan administratif, les choses sont assez claires dans nos têtes : ces garçons n'ont plus leur place dans notre unité, au 36 quai des Orfèvres, et à la police judiciaire. (...) Ce qui vient d'arriver doit être un électrochoc. C'est inadmissible" a-t-il indiqué. "Il y aura un rappel des règles. Il y a une compatibilité à avoir avec une hygiène de vie, un devoir d'exemplarité" a expliqué Bernard Petit.

"J'ai été voir les hommes de la BRI en fin de semaine, j'ai trouvé une atmosphère lourde. (...) Ce qu'ont pu faire ces fonctionnaires suscite une incompréhension totale. C'est aussi beaucoup de colère, car ces trois personnes vont mettre en difficulté une unité, qui est une unité remarquable, où les gens qui y travaillent font preuve d'abnégation au quotidien" a-t-il encore indiqué. 

 


Bernard Petit : "Ils n'ont plus leur place au 36 Quai des Orfèvres" by Europe1fr

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !