VIH/sida : des autotests de dépistage disponibles en 2014 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
6 100 personnes ont découvert leur séropositivité en France en 2011.
6 100 personnes ont découvert leur séropositivité en France en 2011.
©Reuters

Un pas en avant

VIH/sida : des autotests de dépistage disponibles en 2014

C'est ce qu'a annoncé la ministre de la Santé Marisol Touraine jeudi. Ils s'adresseront aux personnes "qui ne souhaitent pas se rendre dans les centres de dépistage ou les hôpitaux".

Connaître son statut sérologique est un élément clé dans la lutte contre le sida. C'est dans cette optique que seront mis en place des autotests de dépistage à partir de 2014. "J'ai donné le feu vert à la demande des autorisations nécessaires pour ces autotests", a annoncé jeudi la ministre de la Santé Marisol Touraine. Ilss'adresseront aux personnes "qui ne souhaitent pas se rendre dans les centres de dépistage ou les hôpitaux".

En mars, ces autotests avaient reçu l'avis favorable du Conseil national du Sida (CNS). De son côté, le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) avait insisté sur la nécessité de bien les encadrer pour éviter les erreurs d'interprétation de leurs résultats ou leur usage forcé, par exemple par les employeurs, explique le Nouvel Observateur.

Les autotests, disponibles depuis 1996 aux Etats-Unis, permettraient à partir d'un simple échantillon de salive ou de sang de découvrir 4 000 séropositivités et d'éviter 400 nouvelles infections par an en France, d'après le CNS.

Quelques chiffres : 

- 6 100 personnes ont découvert leur séropositivité en France en 2011.

- 150 000 personnes vivent avec le VIH en France. Parmi elles, 30 000 à 40 000 seraient contaminées sans la savoir.

- 34 millions de personnes vivaient avec le VIH en 2011 dans le monde.

Lu sur le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !