Veolia Eau : un vaste plan social prévoit la suppression de 1 500 emplois | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La branche Eau de Veolia Environnement devrait supprimer 1 500 emplois en France
La branche Eau de Veolia Environnement devrait supprimer 1 500 emplois en France
©Reuters/Charles Platiau

Restructuration

Veolia Eau : un vaste plan social prévoit la suppression de 1 500 emplois

La branche eau de Veolia Environnement va supprimer 10% de ses effectifs en France, soit 1 500 postes, avec "l'idée d'éviter tout départ contraint", ont indiqué mercredi les syndicats et la direction

Un nouveau plan de licenciements se prépare. C'est au tour de Veolia Environnement d'annoncer des futures suppressions d'emplois. Ainsi, la branche eau du groupe devrait supprimer 10% de ses effectifs en France, soit 1 500 postes, ont indiqué ce mercredi les syndicats et la direction. Celle-ci d'ajouter que "l'idée est d'éviter tout départ contraint". "Jean-Michel Erwin, le directeur général de Veolia Eau, nous a annoncé hier, lors d'un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire, la mise en place d'un plan de départs volontaires touchant 1 500 postes", a affirmé Hervé Deroubaix, délégué central CFDT.
 

Veolia Eau France, qui compte 15 000 salariés, "a bien ouvert une négociation avec les syndicats pour un accord global sur l'emploi pour adapter la structure de ses emplois et de ses effectifs", a réagi la direction qui chiffre les suppressions à 1 500 postes "sur les activités d'exploitation", dans le cadre d'un plan de transformation.

"L'idée, c'est d'éviter tout départ contraint", a précisé un porte-parole de la direction ."Tout cela ne fera qu'accentuer et dégrader les conditions de travail, et comment pourrons-nous assurer nos missions de service public ?", s'est interrogé Franck Leroux, délégué central CGT. Le géant français des services à l'environnement (eau, propreté, énergie) a lancé en août 2011 un vaste plan de réorganisation visant à ramener sa lourde dette (actuellement toujours d'environ 11 milliards d'euros) entre 8 et 9 milliards d'euros, essentiellement par des cessions et des mesures d'économies.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !