Vaccins : des maires craignent une pénurie et critiquent le gouvernement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Olivier Véran
Olivier Véran
©FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Coronavirus

Vaccins : des maires craignent une pénurie et critiquent le gouvernement

L'exécutif répond que tous les produits reçus sont immédiatement déployés

A Lille, Martine Aubry ne ménage pas le gouvernement remarque La Voix du Nord : "« Je me suis tue depuis le début de la pandémie, sur les masques, sur les tests, même si tout ne roulait pas bien, parce que j’estimais qu’on devait se serrer les coudes, rappelle-t-elle. Aujourd’hui, j’ai de grosses inquiétudes, (...) Qu’on le dise clairement aux Français. »

Aubry n'est pas la seule, d'autres élus estiment la France en pénurie, en partie à cause du retard de livraison annoncé par Pfizer-BioNTech : 315 000 sérums seront livrés cette semaine, contre 520 000 d'ordinaire.

Exemple, cité par Le Point, avec Xavier Lefrançois, maire LR de Neufchâtel-en-Bray depuis 2008, raconte comment le centre de vaccination qui devait s'installer dans sa ville ne verra pas le jour. Tout était prévu, sauf un rationnement drastique des doses qui lui avaient été promises.

Ou encore avec Jean-Didier Berger (Libres!, ex-LR), qui dit n'avoir reçu, "contrairement aux annonces gouvernementales", que "170 et non 420 doses de vaccin".

Olivier Véran, cité par L'Express rétorque : "Les élus, l'ensemble des acteurs savent par avance combien de doses ils peuvent utiliser chaque semaine. L'immense majorité d'entre eux connaissent ces informations. Mais certains ont ouvert plein de créneaux de rendez-vous pensant qu'on leur donnerait plus de doses".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !