Un mort et quatre blessés graves à Orly | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Un mort et quatre blessés graves à Orly
©

Fusillade

Un mort et quatre blessés graves à Orly

Une fusillade a éclaté ce vendredi midi à Orly, entraînant la mort d'un ouvrier. La procureur évoque la piste d'un "règlement de compte".

Une fusillade s'est déroulée à Orly dans le Val de Marne vendredi. Deux hommes sont descendus d'une BMW noire puis ont tiré sur une personne à l'extérieur d'un PMU situé voie des Saules à Orly, avant d'entrer dans le bar –plein au moment des faits – où ils ont tiré sur deux personnes, en poursuivant même une troisième jusque dans les toilettes. La direction régionale de police judiciaire de la Préfecture de police de Paris a été saisie de l'enquête. Une personne est décédée et on compte entre 4 et 6 blessés selon les sources, une victime ayant été trouvée plus de 45 minutes après les faits, dans un hall d'immeuble avec une blessure au thorax.

La voiture utilisée par les deux hommes aurait été retrouvée brûlée quelques minutes après la fusillade dans une rue de Villeneuve-le-Roi, selon des informations du Parisien.

Selon les premiers éléments de l'enquête, la personne décédée est un ouvrier qui déjeunait à l'intérieur d'un bar. Un de ses collègues a été blessé et se trouve dans un état très grave selon une source policière. Parmi les victimes, au moins deux d'entre elles étaient connues des services de police, pour des affaires de stupéfiants.

La procureur de Créteil, Nathalie Bécache a évoqué la piste d'un "règlement de comptes", avant d'ajouter : "On est sur un homicide en bande organisée".

Après que l'AFP a annoncé un second mort parmi les blessés, le dernier bilan reste d'un mort et quatre blessés graves.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !