Un Franco-marocain soupçonné de jihadisme interpellé à Roissy-Charles-de-Gaulle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
La police a arrête un Franco-marocain soupçonné de jihadisme
La police a arrête un Franco-marocain soupçonné de jihadisme
©Reuters

Lutte contre le terrorisme

Un Franco-marocain soupçonné de jihadisme interpellé à Roissy-Charles-de-Gaulle

Il arrivait d'Istanbul où il avait été expulsé par les autorités turques.

Il y a quelques jours Bernard Cazeneuve présentait en Conseil des ministres son plan anti-jihad. Objectif avoué par le ministre de l'Intérieur : lutter le plus efficacement contre les départs de Français jihadistes en Syrie, démanteler en plus grand nombre les filières de recrutement et arrêter en masse les jihadistes sur le territoire.  Un projet de loi qui durcit donc l'arsenal législatif antiterroriste. Et si le texte n'a pas encore été voté par le Parlement (il sera soumis en première lecture en septembre, ndlr), les forces de l'ordre n'en demeurent pas moins opérantes. Ainsi, ce samedi, le ministère de l'Intérieur a fait savoir qu'un Franco-marocain présumé de jihadisme avait été interpellé à l'aéroport de Paris Roissy-Charles-de-Gaulle. Cet individu a été placé en garde à vue alors qu'il arrivait d'Istanbul où il avait été expulsé par les autorités turques.

Il a été interpellé à son arrivée en France par des policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) dans le cadre d'une enquête préliminaire pour "association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes", a ajouté la place Beauvau dans un communiqué. Selon une source policière, relayée par France Info, ce jihadiste présumé, né à Arles, dans le sud de la France, est âgé de 37 ans. 

France Info ajoute que les faits exacts qui lui sont reprochés n'ont pas été précisés ni par cette source ni par le ministère, qui rappelle néanmoins que la Turquie "constitue la principale voie de transit des candidats au jihad, vers la Syrie ou l'Irak".

Déjà la semaine dernière, une cellule jihadiste présumée à Albi dans le Tarn avait été démantelée. Deux hommes et une femme ont été interpellés alors que deux d'entre eux ont effectué un récent séjour de trois mois en Syrie. Il ne s'agirait donc pas de simples "candidats au djihad". Selon des sources policières, elle préparait des actions violentes sur le territoire.

lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !