Un attentat à l'arme chimique déjoué au Maroc | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Un attentat à l'arme chimique déjoué au Maroc
©

Terrorisme

Un attentat à l'arme chimique déjoué au Maroc

Une cellule terroriste liée à l'Etat islamique s'apprêtait à commettre des attentats biologiques et chimiques dans le royaume lorsqu'ils ont été arrêtés, jeudi.

Un carnage a été évité de justesse au Maroc cette semaine. Les autorités ont annoncé qu'une cellule terroriste de dix membres, dont un Français, a été démantelée jeudi. Ces hommes liés à l'Etat islamique projetaient de réaliser un attentat vendredi 19 février. 

"Nous avons découverts des produits chimiques et biologiques qui entrent dans la confection des bombes sales. Les suspects disposaient aussi d'armes à feu et même de fusil à lunettes pour atteindre facilement leur cible", a indiqué vendredi le chef du Bureau central d'investigation judiciaire (BCIJ, équivalent de la DGSI française), Abdelhak Khiame, dans une interview au site marocain Medias 24.

Il a expliqué qu'ils "étaient bien équipés pour commettre un attentat de grande envergure. Ils voulaient semer la psychose parmi la population puis se retirer dans une base de repli à vingt kilomètres de Tan Tan", dans le sud du pays.

Le Français membre du commando est âgé d'une trentaine d'années, technicien en électronique, séjournait pour la première fois au Maroc depuis près d'une année et "n'était pas fiché par les autorités françaises", selon le site Medias 24.

"Ce ressortissant français qui n'a aucune relation avec les pays du Maghreb, est de père et de mère français. Il s'est converti à l'Islam à El Jadida où il a résidé pendant une année avant de faire la connaissance du cerveau du commando, L.M., natif de Laâyoune", a précisé Abdelhak Khiame.

Lu dans Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !