Ultradroite : une dizaine de militants soupçonnés de préparer des attentats antimusulmans arrêtés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Ultradroite : une dizaine de militants soupçonnés de préparer des attentats antimusulmans arrêtés
©LIONEL BONAVENTURE / AFP

Contre-terrorisme

Ultradroite : une dizaine de militants soupçonnés de préparer des attentats antimusulmans arrêtés

Un vaste coup de filet a été mené ce week-end contre un groupuscule d'ultradroite soupçonné de vouloir s'en prendre à la communauté musulmane, rapporte Le Parisien.

Dix personnes identifiées comme faisant partie d'un groupuscule d'ultradroite ont été interpellées dans la nuit de samedi 23 à dimanche 24 juin dans toute la France, dont notamment deux en Corse, relate Le Parisien. Ces arrestations ont été effectuées par les services antiterroristes de la DGSI dans le cadre d'une enquête sur des projets d'attaques ciblant des musulmans.
Les suspects, âgés de 32 à 69 ans, ont été interpellés en Corse-du-Sud, dans le Cher, en Haute-Vienne et en Charente-Maritime. C'est dans ce dernier département que résidait le chef présumé, d'après Sud Ouest. Les malfaiteurs présumés, qui appartiendraient au groupuscule AFO ("Action des forces opérationnelles"), avaient "un projet de passage à l’acte violent aux contours mal définis à ce stade, ciblant des personnes de confession musulmane", selon une source proche de l'enquête citée par le quotidien. Une autre source évoque "des cibles présumées en lien avec l'islam radical". 
Le groupe est suspecté d'avoir voulu se procurer des armes afin de s'en prendre à la communauté musulmane. C'est en avril dernier, lorsque la DGSI a découvert que le groupe confectionnait des grenades artisanales et s'entraînait, qu'une enquête préliminaire a été ouverte. Lors des perquisitions, plusieurs armes à feu ont été retrouvées. Les dix hommes, pour la plupart inconnus de la police, ont été placés dimanche soir en garde à vue pour 96 heures.
Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !