TVA : le gouvernement réfléchirait à une hausse de 2 points en 2015, Bercy dément | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Finance
TVA : le gouvernement réfléchirait à une hausse de 2 points en 2015, Bercy dément
©

Une de plus ?

TVA : le gouvernement réfléchirait à une hausse de 2 points en 2015, Bercy dément

"Le Figaro" cite une source gouvernementale qui précise même que cette mesure pourrait être intégrée à la prochaine loi de finances, ce que confirme un autre écho signé "Libération".

Deux points de plus pour le taux supérieur de TVA en 2015 ? D'abord démentie par l'exécutif, cette mesure d'apparence impopulaire serait bien dans les tuyaux, confirment conjointement "Le Figaro" et "Libération".

Le premier cite une source gouvernementale qui précise, même, que cette hausse pourrait être intégrée à la prochaine loi de finances. Le second, de son côté, assure que "le sujet a été discuté cette semaine à l’occasion de plusieurs réunions à Matignon et à l’Elysée, en présence des ministres concernées, dont Emmanuel Macron, le nouveau ministre de l’Economie".Michel Sapin avait pourtant démenti de premiers échos allant dans le même sens, ce à quoi "Libération" avait déjà répliqué.

Bercy a réagi cet après-midi et démenti, une nouvelle fois, cette possibilité : cela "ne fait pas partie des options qu'on étudie", a-t-il été indiqué au "Monde".

Ces fuites sortent quelques heures seulement après une interview donnée par le député PS Christophe Caresche aux "Echos". Dans cet entretien, ce membre de la Commission des finances expliquait en effet que cette hausse était "concevable et même souhaitable", compte tenu du "faible niveau de l'inflation". Restent à voir les effets de cette annonce, probablement imminente, qui n'arrangerait en rien la popularité de Manuel Valls et de François Hollande...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !