Travail, école, santé, retraites, aides sociales : Emmanuel Macron a dévoilé son programme pour 2022 et ses principales réformes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron a dévoilé son programme lors d'une conférence de presse ce jeudi 17 mars.
Emmanuel Macron a dévoilé son programme lors d'une conférence de presse ce jeudi 17 mars.
©Ludovic MARIN / AFP

Conférence de presse

Travail, école, santé, retraites, aides sociales : Emmanuel Macron a dévoilé son programme pour 2022 et ses principales réformes

Candidat à sa succession, Emmanuel Macron a détaillé ce jeudi les premières mesures de son programme lors d’une conférence de presse.

Emmanuel Macron a tenu jeudi une conférence de presse à Aubervilliers. Il a développé son programme pour l’élection présidentielle. Le candidat LREM a détaillé une trentaine de mesures phares devant les journalistes. Emmanuel Macron a présenté son programme jeudi avec l’objectif d’imposer ses thèmes à ses adversaires. 

Le chef de l'Etat a déclaré que l’école et la santé seraient "deux chantiers majeurs" de son second quinquennat, s’il était réélu, en promettant une "nouvelle méthode" basée sur "une large concertation". 

Selon le président de la République, dans le cadre d’un "pacte nouveau pour les enseignants", "il faudra poursuivre de manière significative l’augmentation des rémunérations", qui sera liée à "la définition de nouvelles missions".

Dans le domaine de la santé, "nous devons réussir à aller beaucoup plus loin, plus vite et plus fort", en renforçant "la politique de prévention", "la simplification de l’hôpital et de sa gouvernance" et l’amélioration de "l’accès aux soins en urgence".

Emmanuel Macron a annoncé qu’il viserait, s’il est réélu, le "plein-emploi" dans les cinq ans, grâce à des réformes "favorisant le retour à l’emploi" des chômeurs.

Il propose notamment une nouvelle réforme de l’assurance-chômage, une transformation de Pôle Emploi rebaptisé "France Travail".

Emmanuel Macron a pris l'engagement de faire verser les aides sociales "à la source", de manière automatique, ce qui selon lui bénéficierait aux "20 millions de Français" qui touchent le RSA, la prime d’activité, des aides au logement ou des allocations familiales.

Il souhaite "simplifier" ces aides afin que tous les Français qui y ont droit puissent les percevoir, mais aussi pour lutter contre la fraude.

Emmanuel Macron a proposé jeudi une réforme du RSA avec "un meilleur équilibre des droits et devoirs" et "l'obligation de consacrer 15 à 20 heures par semaine" à une activité facilitant l'insertion professionnelle. En cas de réélection, Emmanuel Macron souhaite faire évoluer le RSA : 

"Les bénéficiaires du RSA ont en quelque sorte été les victimes de notre mauvaise organisation collective et notre nation s’est organisée d’abord en divisant les compétences. (...) Donc, il faut un revenu de subsistance pour toute personne, mais il faut pouvoir mieux accompagner chacune et chacun, reconnaître sa dignité, et lui demander une part de devoir pour toutes celles et ceux qui le peuvent".

Emmanuel Macron a aussi confirmé son projet de réformes des retraites. 

Tirant les leçons du conflit en Ukraine, Emmanuel Macron a plaidé pour une "refondation du pacte" entre "l’armée et la nation", pour tirer la leçon de la crise ukrainienne, avec le doublement du nombre de réservistes. 

Le chef de l'Etat a aussi souhaité "intensifier" les investissements "pour pouvoir affronter une guerre de haute intensité, qui peut revenir sur notre continent".

En cas de réélection, il a l'intention de demander au chef d’Etat-Major des armées une réévaluation "de tous les besoins" nécessaires, à la lumière de l’invasion russe en Ukraine.

Après avoir présenté son programme, Emmanuel Macron a répondu de manière très claire à la question d’une journaliste, qui lui demandait s’il serait prêt à travailler avec Valérie Pécresse en cas de victoire à la présidentielle en avril prochain.

Curieuse de savoir si le "le macronisme de 2022" penchait plus "à droite que celui de 2017", une journaliste a demandé au président-candidat si "Valérie Pécresse, ou bien un autre candidat de droite, pourrait faire partie de (son) futur gouvernement s’(il était) réélu".

Le chef de l’Etat a répondu sans hésiter :

"Moi je n’exclus rien".

Le candidat de La République en Marche a détaillé son point de vue :

"Je pense qu’il faut essayer de rassembler plus largement tous les responsables politiques sincères, qui partagent le projet que je vous ai présenté aujourd’hui et qui est celui qui sera soumis aux françaises et aux français, qu’ils viennent de droite ou de gauche. (…) Si les gens ont envie d’œuvrer pour le pays de manière sincère et en étant unis, ma responsabilité c’est de pouvoir confier des responsabilités aux femmes et aux hommes qui sont le plus capables pour notre pays".

Les principaux éléments du programme d’Emmanuel Macron, soit une centaine de mesures, seront détaillés dans un fascicule de 24 pages qui sera envoyé par courrier à quelque 6 millions de foyers ce week-end.

Sud-Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !