Transports franciliens : Valérie Pécresse veut supprimer les tarifs sociaux pour les clandestins | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Transports franciliens : Valérie Pécresse veut supprimer les tarifs sociaux pour les clandestins
©Reuters

Economies

Transports franciliens : Valérie Pécresse veut supprimer les tarifs sociaux pour les clandestins

La candidate UMP pour les élections régionales en Ile-de-France estime que la réduction de 75% pour les clandestins représente un coût de 70 millions d'euros par an.

Valérie Pécresse, candidate UMP pour la présidence de l'Ile-de-France, s'est positionnée sur la question des transports, dimanche au Grand Rendez-Vous I-Télé, Europe 1, Le Monde.

Elle a assurée que, si elle est élue, elle maintiendra "le passe Navigo à 70 euros sans augmentation d'impôt".

Elle financera le pass grâce à une mesure d'économie : "nous allons mettre fin à une source d'injustice extrêmement grave qui est la réduction de 75% pour les étrangers en situation irrégulière et leurs familles", a-t-elle dit.  "C'est une fausse générosité de la gauche qui conduit à des injustices terribles parce que ceux qui sont en situation régulière paient plein pot. Et ça permettra de récupérer 70 millions d''impôt", a poursuivi la députée des Yvelines.

"Je veux aussi lancer un plan tolérance zéro dans la fraude dans les transports en commun", a-t-elle ajouté. Elle déposera "dès cette semaine une proposition de loi qui demandera que l'on soit porteur de sa carte d'identité dès que l'on prendra les transports en commun".  "Parce qu'aujourd'hui il y a de 200 à 400 millions de fraude dans les transports en commun et seulement 5% de recouvrement des amendes", a-t-elle dit. "Et c'est une mesure qui viendra aussi en aide aux forces de sécurité".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !