Traité budgétaire européen : 120 économistes disent "non" ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Traité budgétaire européen : 120 économistes disent "non" !
©

Tribune

Traité budgétaire européen : 120 économistes disent "non" !

Dans une tribune publiée dans Le Monde, des universitaires dénoncent "une erreur stratégique".

"Non au traité budgétaire européen !", c'est ce que clame 120 économistes dans une tribune publiée dans l'édition du quotidien Le Monde à paraître mercredi. Les 120 experts accusent ainsi le président François Hollande de commettre une " erreur tragique " en poursuivant la " politique d'austérité " de ses prédécesseurs. Parmi ces économistes, on retrouve les chercheurs au CNRS Frédéric Lordon et André Orléan, le professeur Paul Jorion de la Vrije Universiteit de Bruxelles, ou encore Jacques Généreux, professeur à Sciences Po et membre du Parti de gauche. Selon eux, le traité européen " grave dans le marbre des mesures d'austérité automatiques ". Ils ajoutent par ailleurs que " l'austérité est à la fois injuste, inefficace et antidémocratique " et que la règle d'or est porteuse " d'une logique récessive qui aggravera mécaniquement les déséquilibres actuels ".

Souvent défenseurs des valeurs de la gauche, ces universitaires critiquent les président François Hollande qui n'a pas réussi à renégocier le traité comme il l'avait promis pendant la campagne électorale. Ils écrivent ainsi que le président socialiste " n'y a en fait apporté aucun changement " et que " l'ajout d'un pseudo-pacte de croissance aux montants réels dérisoires " ne change pas grand chose. Les économistes demandent donc " une expansion coordonnée de l'activité, de l'emploi et des services publics " au sein de l'Europe.

Le traité de stabilité, de coordination et de gouvernance (TSCG) étudié ce mardi par les députés à l'Assemblée nationale prévoit notamment l'instauration d'une règle d'or qui interdit à tout État membre de la zone euro d'avoir un déficit public supérieur à 0,5% du PIB, sinon quoi ils seront sanctionnés.

Lu sur Challenges

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !