Trafic d'armes : 84 personnes interpellées en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Trafic d'armes : 84 personnes interpellées en France
©

Coup de filet

Trafic d'armes : 84 personnes interpellées en France

67 suspects ont été placés en garde à vue ce mardi. Parmi eux figurent des collectionneurs mais aussi des membres fichés au banditisme.

Gros coup de filet dans le milieu du banditisme. Ce mardi matin, d’après les informations du Figaro, 84 personnes ont été interpellées principalement en région parisienne, en PACA et en Corse dans le cadre d’une enquête concernant un vaste trafic d'armes via plusieurs sites internet ; plus de 350 gendarmes ont été mobilisés à travers la France.

Suites aux interpellations, 67 suspects ont été placés en garde à vue. Parmi eux figurent des collectionneurs mais aussi des membres fichés au banditisme. Ces personnes sont soupçonnées d'avoir acheté des armes, ainsi que des pièces détachées, sur des sites internet. D’après un article du Parisien.fr, plus de 1.500 transactions illégales ont été recensées par les enquêteurs de la gendarmerie.

Lors des interpellations, les enquêteurs ont découvert plusieurs arsenaux dans toute la France dont l'un "remplit toute une grange" aménagée pour l’occasion en Alsace, souligne lefigaro.fr. Selon un premier bilan, 330 armes de poings, une cinquantaine de fusils, des dizaines de pièces détachées ainsi que des milliers de munitions ont été confisquées.

L'enquête remonte à 2012, après l'interception par les douanes d'un colis contenant de l'armement ; un armurier de l'Aude avait été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. Il est soupçonné d'avoir fait venir d'Allemagne et d'Autriche des pistolets automatiques 9 mm et des pièces pour Kalachnikov.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !