Total a identifié l'origine de la fuite de gaz sur sa plateforme Elgin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Total a identifié l'origine de la fuite de gaz sur sa plateforme Elgin
©

Mer du Nord

Total a identifié l'origine de la fuite de gaz sur sa plateforme Elgin

Elle proviendrait d'un puits désaffecté situé à 4000 mètres de profondeur.

[Mis à jour à 12h33]

Selon Libération.fr, Total a identifié l'origine de la fuite de gaz qui sévit depuis dimanche sur sa plateforme Elgin, au nord de l'Ecosse. "Ce que nous savons, c'est que la fuite provient d'un puits désaffecté, un puits qui a été bouché il y a un an, dans une formation rocheuse à 4000mètres de profondeur", a indiqué une porte-parole du groupe pétrolier.

Une torchère continue de brûler sur le site, faisant craindre un risque d'explosion, Total assurant de son côté que cela "fait partie intégrante du système de sécurité." "En cas d'urgence, ce dispositif est utilisé pour évacuer de manière sûre tout le gaz de la plateforme", a précisé le groupe dans un communiqué publié hier soir, soulignant qu'il avait " joué parfaitement son rôle, permettant à tout le personnel d'être évacué en sécurité."

Le groupe a également indiqué que les conditions météo restaient favorables ce matin avec un vent d'ouest écartant pour l'instant le gaz de la flamme.

La torchère devrait s’éteindre d'elle-même une fois tout le liquide contenu dans le système système évaporé. Si toutefois cela ne se produisait pas,Total a dépêché sur place deux navires transportant des équipements anti-incendie et un troisième avec à son bord un robot sous-marin destiné à inspecter l'état de la plateforme.

Voilà au moins dix ans que Total n'avait pas connu pareil accident en mer du Nord. Dimanche, une fuite de gaz s'est déclenchée sur un puits percé en 1997 et fermé depuis environ un an sur la plateforme Elgin située au nord de l’Écosse.

Vingt-trois tonnes de gaz se sont échappées en 48 heures. Hier soir, la fuite, quoique non colmatée, était jugée "stable" par le groupe pétrolier. La majorité du personnel a été évacuée dans la nuit de dimanche à lundi en raison du risque d'explosion et une zone d'exclusion maritime de 2 miles (3,7 km) a été mise en place sur la zone du champ gazier d'Elgin afin de permettre "aux équipes qui interviennent sur la fuite de travailler en toute sécurité", selon un porte-parole des gardes-côtés. Les avions et hélicoptères sont également interdits de survol sur 3 miles (5,5 km).

La fuite, qui a entraîné un nuage de gaz sur la zone, n'aurait pas touché les fonds marins. "Nous sommes presque sûrs que la fuite provient de la partie de la plate-forme située au-dessus du niveau de la mer", a affirmé le responsable environnement et sécurité chez Total, David Hainsworth.

La construction d'un puits de secours, qui est l'une des solutions envisagées pour réduire la pression sur le puits défectueux, pourrait prendre plusieurs mois selon le groupe pétrolier. D'autre solutions consisteraient à colmater la fuite une fois son origine identifiée.

L'accident a immédiatement entraîné une chute de 6% de l'action Total à la Bourse de Paris,

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !