Syrie : libération du journaliste Peter Curtis après deux années de détention | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Syrie : libération du journaliste Peter Curtis après deux années de détention
©

Soulagement

Syrie : libération du journaliste Peter Curtis après deux années de détention

Le journaliste Peter Theo Curtis a été libéré dimanche 24 août en fin d'après-midi sur le plateau du Golan.

Près de deux ans après son enlèvement en octobre 2012 par la branche syrienne d'Al-Qaïda (le Front al-Nosra), l'otage américain Peter Theo Curtis a été libéré dimanche. Survenue peu de temps après l'exécution de son compatriote James Foley par des combattants Jihadistes de l'Etat islamique, l'annonce de sa libération a provoqué un grand soulagement outre-Atlantique. Par la voix de sa conseillère à la sécurité, Susan Rice, la Maison Blanche a notamment déclaré : "Pendant deux ans, nous avons prié et pensé à Peter Theo Curtis, un citoyen américain retenu en otage en Syrie. Aujourd'hui, nous nous joignons à sa famille et ses proches pour saluer son retour à la liberté (...) Theo est désormais en sécurité hors de Syrie et il va bientôt retrouver sa famille".

Theo Curtis (45 ans) est donc entre les mains des Nations unies depuis le dimanche 24 août en fin d'après-midi. Il aurait ensuite été remis à des représentants du gouvernement américain. D'après la chaîne d'information Al-Jazeera, qui avait rapidement annoncé la nouvelle, Le Qatar aurait activement pris part aux négociations ayant mené à la libération de l'otage. La mère du principal intéressé a par ailleurs confirmé cette information, affirmant que des qataris avaient "entrepris une médiation pour faire libérer Theo sur une base humanitaire sans contrepartie financière".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !