Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©

Réunion au sommet

Syrie : les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU se sont réunis à Genève

De cette rencontre rien n’a filtré. Le président russe estime ce jeudi que l’usage de la force en Syrie en dehors de l’ONU "constituerait un acte d’agression" qui pourrait déclencher une "nouvelle vague de terrorisme" et déstabiliserait le Proche-Orient.

Après un Conseil de sécurité annulé mardi, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU  (Etats-Unis, France, Chine, Grande-Bretagne et Russie), se sont réunis durant une quarantaine de minutes mercredi soir à New York, dans les bureaux de la mission russe du siège de l’ONU. De cette rencontre rien n’a filtré.

Ce jeudi de John Kerry, secrétaire d’Etat américain, rencontre son homologue russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov pour discuter de la situation syrienne. Cet entretien entre les deux hommes devrait durer au moins deux jours selon le porte-parole du département d’Etats. Les discussions (assistées par deux experts militaires des deux pays) devraient porter tout particulièrement, sur la proposition de la Russie faite lundi, de placer sous supervision international le stock d’armes de la Syrie.

Quand à l’avenir du projet de résolution français, il semble incertain. La Russie le considère comme »inacceptable ». Le texte condamne "l’utilisation des armes chimiques par les autorités syriennes" le 21 Août dernier.

Le président russe a d’ailleurs pris la parole ce jeudi dans une tribune publiée par le New York Times. Il estime que l’usage de la force en Syrie en dehors de l’ONU "constituerait un acte d’agression" qui pourrait déclencher une "nouvelle vague de terrorisme" et déstabiliserait le Proche-Orient.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !