Suisse : référendum sur l’immigration, le "oui" l'emporte | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Suisse : référendum sur l’immigration, le "oui" l'emporte
©

A voté

Suisse : référendum sur l’immigration, le "oui" l'emporte

Les Suisses ont voté ce dimanche pour instaurer ou non des quotas d'immigration. Selon les dernières estimations , 50,4% des votants ont dit "oui".

Les Suisses votent quatre fois par an sur des sujets divers, que ce soit d'intérêt national, cantonal ou communal, conformément au système de démocratie directe en vigueur dans le pays. Mais ce dimanche, le scrutin avait une saveur particulière puisque les Helvètes étaient amenés à dire se prononcés pour instaurer ou non des quotas d’immigration, notamment envers les ressortissants de l'Union européenne. 

Les Suisses ont dit "oui" à la "fin de l'immigration de masse", selon une estimation de l'institut de sondage Gfs, publiée cet après-midi. "Selon nos dernières estimations, 50,4% des votants ont voté +oui+," a déclaré Claude Longchamp, de l'institut GfS. Cette estimation, a-t-il ajouté, a une marge d'erreur de +ou- 0,7%. Il reste encore à décompter les voix de deux grands cantons, ceux de Zurich et de Berne. La majorité des cantons suisses a d'ores et déjà voté en faveur de ce texte. A noter que pour que le texte passe, il faut une double majorité, soit la majorité des cantons suisses et la majorité des votants. En fonction du résultat définitif du vote, les relations avec l’UE pourraient se tendre quelque peu.

Car si le oui l'emporte comme cela semble être le cas, la Suisse rétablira des quotas et contingents selon ses besoins pour les immigrés, alors même que le pays accueille environ 80 000 nouveaux arrivants sur son marché du travail. Ainsi, Bruxelles a d'ores et déjà indiqué que si la Suisse met fin à l'accord de libre-circulation, tous les autres accords liant Berne à l'UE seraient compromis. Ce à quoi les partisans du oui répliquent en disant qu'il s'agit d'une question de souveraineté nationale, et que le pays ne doit pas se plier au diktat européen. Ambiance.

Lu sur RTL.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !