Suisse : les hauts salaires ne seront pas limités | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Suisse : les hauts salaires ne seront pas limités
©

Non, c'est non

Suisse : les hauts salaires ne seront pas limités

Les Helvètes étaient appelés à voter ce dimanche sur la question des écarts de salaires. Ils ont refusé massivement (65,3%) de mettre un frein aux rémunérations abusives.

Limiter les écarts de salaires. Faire en sorte que dans une entreprise entre le plus petit et le plus grand il y ait au maximum une fourchette de 1 à 12. Autrement dit que le salaire le plus élevé ne dépasse pas 12 fois le salaire le plus faible. C'est l'initiative (appelée 1:12) proposée par les Jeunes Socialistes Suisses. En clair, le texte a en ligne de mire les salaires exorbitants des patrons de multinationales installées en Suisse, qui se chiffrent à des dizaines de millions de francs. Sujet sur lequel les Helvètes étaient amenés à se positionner ce dimanche. En effet, un vote populaire était organisé sur ce sujet. Les résultats sont incontestables : à 65,3%, les Suisses ont dit "non" à une telle mesure.

Une petite surprise puisque les premiers sondages annonçaient pourtant un succès de l'initiative. Mais le gouvernement et les milieux économiques ont combattu avec force ce projet. Ils y voyaient en effet un frein à la prospérité économique et à l'attractivité du pays. D'autant plus surprenant qu'il y a huit mois, les Suisses avaient approuvé à 67% un texte supprimant les parachutes dorés des grands patrons. 

Les Suisses ont aussi voté "non" dimanche à deux autres textes, l'un sur des aides fiscales pour les familles ("non" à 60,5%) et l'autre sur la hausse de la vignette autoroutière à 100 francs suisses (81 euros), contre 40 CHF actuellement ("non" à 58,5%).

 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !