Suicide d'une ado au Canada : l'affaire s'emballe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Suicide d'une ado au Canada : l'affaire s'emballe
©Capture d'écran Page Facebook Rehtaeh Parsons

Drame

Suicide d'une ado au Canada : l'affaire s'emballe

Alors que Rehtaeh Parsons, une adolescente de 17 ans victime d'un viol collectif, s'est donnée la mort le 7 avril dernier, on apprend qu'une enquête policière n'a pas réussi à réunir suffisamment de preuves pour inculper les coupables.

Sombre histoire au Canada qui n'est pas sans rappeler celle d'Amanda Todd, cette adolescente qui s'était suicidée en octobre dernier après avoir été victime d'un harcèlement sur Internet. Cette fois, c'est Rehtaeh Parsons qui s'est donnée la mort le 7 avril dernier. La jeune femme de 17 ans est décédée des suites de ses blessures dues à sa tentative de suicide trois jours plus tôt. Les raisons de cet acte remontent à 2011 quand elle est victime d'un viol collectif alors qu'elle était en état d'ébriété lors d'une soirée.

S'en suit une cyber-intimidation quotidienne de la part d'élèves de son école la traitant notamment de "pute". L'un des quatre agresseurs présumés aurait publié une photo sur les réseaux sociaux. Une enquête policière longue d'un an a été menée mais cette dernière n'aurait pas réuni les preuves suffisantes pour inculper les coupables. En gros, il n'y avait que la parole de Rehtaeh Parsons contre celles de ses agresseurs. Quant à la diffusion d'image, ce n'était pas un délit d'après la police canadienne.

"Ses amis étaient contre elle, des garçons inconnus lui envoyaient des textos et des messages sur Facebook pour lui demander de coucher avec eux puisqu'elle l'avait fait avec leurs copains. Cela ne s'arrêtait jamais", a déclaré Leah Parsons, la mère de la jeune fille. Face à l'impuissance des autorités, des pirates se réclamant du groupe Anonymous ont demandé aux autorités canadiennes de faire leur travail et d'arrêter les auteurs présumés du viol collectif avant que des informations soient rendues publiques. Dénonçant "l'incompétence" des enquêteurs, ces derniers ont affirmé : "cela nous a pris seulement quelques heures pour identifier les garçons ayant attaqué Rehtaeh et ce n'était pas une opération de haute technologie". Ils ont rajouté sur Twitter :  "ce que nous avons appris est affligeant ". La mère de l'adolescente a appelé au calme laissant la justice faire son travail.

Lu sur France24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !