Sotchi : le maire accueille les homosexuels tant qu’ils "respectent la loi" et "n’imposent pas leurs habitudes aux autres" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Sotchi : le maire accueille les homosexuels tant qu’ils "respectent la loi" et "n’imposent pas leurs habitudes aux autres"
©

L'art de faire l'autruche

Sotchi : le maire accueille les homosexuels tant qu’ils "respectent la loi" et "n’imposent pas leurs habitudes aux autres"

Anatoly Pakhomov a cependant déclaré qu’il n’y avait pas, à sa connaissance, d’homosexuels dans sa ville.

A Sotchi, les homosexuels sont les bienvenus pour les Jeux Olympiques d'hiver tant qu’ils "respectent la loi" et "n’imposent pas leurs habitudes aux autres". C’est ce qu’a affirmé ce lundi le maire de Stochi à la BBC. "Nous étendrons notre hospitalité à tous ceux qui respectent les lois de la fédération de Russie et n'imposent pas leurs habitudes aux autres", a ajouté Anatoly Pakhomov.

Quand le journaliste lui a demandé si les homosexuels devraient cacher leur sexualité, il a répondu: "Non, nous disons juste "c'est vos affaires, c'est votre vie". Mais ce n'est pas accepté ici dans le Caucase, là où nous habitons. Nous n'en avons pas dans notre ville". Le maire s’est alors repris: "Je ne suis pas sûr, mais en tous cas je ne les connais pas". Le journaliste de la BBC s’est ensuite rendu dans un bar gay de Sotchi, installé de façon anonyme. Un travesti lui a déclaré que dans "certains endroits, les préjugés sont très forts à l'encontre des gays. Dans d'autres, c'est un peu mieux". 

Une loi russe interdisant la "propagande" homosexuelle devant mineurs, passible de prison, a provoqué une vive polémique. Plusieurs personnalités internationales ont appelé au boycott des JO. Le président russe Vladimir Poutine, tout en défendant cette loi, a assuré que la Russie accueillerait aux JO de Sotchi tous les sportifs et visiteurs indépendamment de leur orientation sexuelle.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !