Seyne-sur-Mer : au supermarché, une femme blesse deux personnes au cutter en criant "Allah akbar" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.
©Mads Claus Rasmussen / Ritzau Scanpix / AFP

Vivre-ensemble™

Seyne-sur-Mer : au supermarché, une femme blesse deux personnes au cutter en criant "Allah akbar"

La femme aurait "des troubles psychiatriques avérés", selon le procureur.

Deux personnes ont été blessées ce dimanche dans un supermarché de la Seyne-sur-Mer, dans le Var, lors d'une altercation avec une femme. Elle aurait porté des coups de cutter à un client et une employée de l'enseigne, située dans le quartier des Sablettes. Habillée en noir et portant un voir, elle a crié "Allah akbar" avant de s'en prendre aux victimes.

"Au départ, ça avait l'apparence d'une embrouille entre clients qui dégénère, la caissière a voulu s'interposer", a confié un témoin à Nice Matin.

"C'est apparemment le fait isolé d'une personne avec des troubles psychiatriques avérés (...) pour autant ça n'exclut pas qu'elle soit radicalisée", a commenté le procureur de la République de Toulon. "Il y a présomption de tentative d'assassinat, et d'apologie du crime à connotation terroriste", a-t-il ajouté.

L'assaillante, qui n'est pas connue de la police, a été placée en garde à vue, et l'antenne de la police judiciaire de Toulon est saisie de l'enquête. Une perquisition du domicile de la femme était en cours cet après-midi. Elle permettra d'évaluer si la femme avait des liens avec l'Etat islamique.

"Nous ne savons pas encore si ces faits sont terroristes mais ils sont en tous cas terrorisants, car cet homme qui n'avait rien demandé s'est fait agressé à la caisse d'un supermarché", a estimé le procureur.

Lu dans le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !