Seine-Saint-Denis : un homme armé d'un couteau a été abattu par des policiers à La Courneuve | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Seine-Saint-Denis : un homme armé d'un couteau a été abattu par des policiers à La Courneuve
©PHILIPPE HUGUEN / AFP

Enquête en cours

Seine-Saint-Denis : un homme armé d'un couteau a été abattu par des policiers à La Courneuve

Des policiers ont été agressés à La Courneuve par un homme muni d’un couteau. Les forces de l’ordre ont neutralisé l’individu après qu’il se soit "jeté" sur les policiers.

Un homme armé d'un couteau a été abattu par des policiers mercredi à La Courneuve en Seine-Saint-Denis, selon des informations du Parisien et du parquet de Bobigny. L’individu aurait "menacé" et agressé les fonctionnaires, selon les premiers éléments de l'enquête. Cet homme "est a priori né en Afghanistan".

Les faits se sont déroulés vers 16h30-17h dans le parc départemental de La Courneuve en Seine-Saint-Denis. Le parc était pourtant fermé au public suite aux mesures du confinement. Des policiers qui patrouillaient à vélo ont aperçu un homme muni d'un "long couteau", selon les précisions communiquées par la Préfecture de Police de Paris. Certains médias évoquent un couteau de 30 cm. 

L'homme a alors "menacé" les policiers et s'est "jeté" sur les agents. Les fonctionnaires ont alors riposté et tiré à "plusieurs reprises". Les policiers étaient en patrouille à La Courneuve dans le cadre des mesures pour faire respecter le confinement. 

L'homme, dont l'identité est pour le moment inconnue, a été touché au niveau de la tête et de l'abdomen. Le caractère terroriste n'a pour le moment pas été relevé.

Le parquet de Bobigny, qui s'est rendu sur place, a ouvert une enquête confiée à l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN) et à la police judiciaire du département.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !