Secourisme : seulement 17% des Français sont formés aux premiers secours | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Secourisme : seulement 17% des Français sont formés aux premiers secours
Secourisme : seulement 17% des Français sont formés aux premiers secours
©Reuters

Les gestes qui sauvent

Secourisme : seulement 17% des Français sont formés aux premiers secours

C'est la Croix Rouge qui fait ce triste rappel, alors que se déroule ce samedi la Journée mondiale des premiers secours.

Les gestes qui sauvent ne sont utiles que s'ils sont connus... Pourtant, seuls 17% des Français y sont formés, a regretté la Croix-Rouge ce vendredi, alors que se tient ce dimanche la Journée mondiale des premiers secours. "Les Français sont totalement impréparés aux gestes qui sauvent, il est temps que la population soit éduquée et formée" regrette le directeur national des urgences et du secourisme de la Croix-Rouge Patrice Dallem.

La Croix-Rouge estime qu'un million de personnes seraient formées par an aux premiers secours, mais beaucoup oublient au fur et à mesure les gestes. C'est pourquoi, en ce samedi, l'organisation animera des ateliers dans toute la France pour remémorer des souvenirs pour celles et ceux qui ont oublié, mais aussi pour sensibiliser les personnes qui n'ont jamais cherché à se former. "Notre objectif, c'est que chaque foyer dispose d'au moins une personne formée" note Patrice Dallem.

La France, sur ce domaine, a en tout cas pris un retard considérable sur ses voisins européens : la quasi-totalité de la population est initiée aux premiers gestes en Norvège ou en Autriche. Petite avancée, toutefois, avec l'ajout d'une formation aux premiers secours dans l'examen du permis de conduire, validée par le Sénat en avril dernier.

Vu sur Notre Temps

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !