Scandale Volkswagen : le constructeur allemand a aussi triché sur des modèles Audi et Porsche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les moteurs dotés de ce logiciel de triche équipent 18 millions de véhicules, produits entre 2014 et 2016.
Les moteurs dotés de ce logiciel de triche équipent 18 millions de véhicules, produits entre 2014 et 2016.
©Reuters

Contournement

Scandale Volkswagen : le constructeur allemand a aussi triché sur des modèles Audi et Porsche

L'enquête qui vise le constructeur allemand se concentrait jusqu'à aujourd'hui sur des moteurs diesels de deux litres de cylindrée installés sur 500 000 véhicules de moyenne gamme.

L'agence de protection de l'environnement américaine (EPA), a annoncé ce lundi que Volkswagen avait également installé des logiciels tricheurs sur des moteurs diesel plus puissants équipant des modèles Audi et Porsche aux Etats-Unis.

L'enquête qui vise le constructeur allemand se concentrait jusqu'à aujourd'hui sur des moteurs diesels de deux litres de cylindrée installés sur 500 000 véhicules de moyenne gamme. Mais ces logiciels permettant de fausser les résultats de tests anti-pollution ont aussi été mis en fonctionnement sur des moteurs de trois litres de cylindrée dont disposent les modèles Audi A6 Quattro, A7 Quattro, A8 et A8L, Q5 et Porsche Cayenne ainsi que Volkswagen Touareg, explique l'EPA dans son communiqué.

"Volkswagen a encore manqué à ses obligations de se conformer aux lois qui protègent la qualité de l'air que respirent les Américains (…) Nous avons des preuves flagrantes des violations" observe Cynthia Giles, une des responsables de l'EPA citée dans le communiqué. L'agence précise par ailleurs que les moteurs dotés de ce logiciel de triche équipent 18 millions de véhicules, produits entre 2014 et 2016.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !