Robert Ménard traite deux journalistes de "tocards" et le Midi Libre de "journal de merde" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Robert Ménard traite deux journalistes de "tocards" et le Midi Libre de "journal de merde"
©Capture d'écran du site du Dailymail

Nouveau coup dur

Robert Ménard traite deux journalistes de "tocards" et le Midi Libre de "journal de merde"

"Aucune discussion n’a été possible puisque Robert Ménard a immédiatement envoyé les deux journalistes "se faire foutre"

Leur entrevue n'aura duré que quelques minutes. A leur demande, Olivier Roirand, président du Club de la presse Languedoc-Roussillon et journaliste à TV Sud et Sébastien Hoebrechts, vice-président du club et journaliste à Direct Montpellier Plus, ont rencontré Robert Ménard dans le but d'apaiser les tensions entre les médias locaux et le maire de Béziers.

Le club de la presse raconte leur entrevue mouvementée : "Aucune discussion n’a été possible puisque Robert Ménard a immédiatement envoyé les deux journalistes  "se faire foutre" (sic), les chassant de "sa" mairie en proférant des insultes graves à l’encontre "des tocards", les journalistes locaux, "d'une sous-presse", les médias régionaux et "d'un journal de merde" le Midi Libre" […] Cette attitude est d'autant plus inconcevable que Robert Ménard a débuté en tant que journaliste local à Montpellier et créé Reporters Sans Frontières en terre montpelliéraine". Jamais pris de court, Robert Ménard a expliqué à Libération qu'il pensait ce rendez-vous courtois, mais qu'il aurait reçu des leçons de morales de la part de Sébastien Hoebrechts et Olivier Roirand. "Pour moi, Midi Libre est un journal d’opposition, et je ne vais pas m’incliner devant eux. J’ai été journaliste, et alors ? Tous les journalistes n’ont pas forcément du talent, et on a le droit de les critiquer sans menacer la liberté de la presse" a-t-il déclaré.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !