Un incident pourrait relancer l'enquête | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Un incident pourrait
relancer l'enquête
©

AF447 Rio-Paris

Un incident pourrait relancer l'enquête

Un autre avion Air France aurait subi cet été un incident comparable à celui du vol Rio-Paris, sans conséquence dramatique.

Le Figaro.fr révèle qu'un avion Air France faisant la liaison entre Paris et Caracas aurait subi au début de l'été un incident similaire à celui qui a causé le crash du vol Rio-Paris le 1er juin 2009.

Selon les déclarations des pilotes du Paris-Caracas et le rapport d'incident que s'est procuré Le Figaro, les scénarios des deux accidents seraient similaires, à l'exception de leur issue. Alors qu'ils traversaient une zone de "turbulences sévères", les deux avions se sont retrouvés en survitesse, les pilotes automatiques se sont déconnectés et les appareils ont brutalement pris de l'altitude. Les avions ont ensuite perdu beaucoup de vitesse. Le vol Paris-Caracas a, lui, évité de peu le décrochage, l'incident n'a fait que deux blessés légers parmi le personnel de l'avion.

Selon le quotidien, qui cite des sources proches du Bureau d'enquêtes et d'analyses et des experts en sécurité aérienne, cet incident pourrait permettre de mieux comprendre ce qui s'est passé le 1er juin 2009, notamment pourquoi le pilote automatique s'est déconnecté et pourquoi l'avion a pris en quelques minutes autant d'altitude.

"Il est certain que cet incident prend un relief particulier avec l'accident du Rio-Paris. Il va permettre de comprendre s'il y a un problème sur l'Airbus ou s'il y a bien un problème de formation des équipages au pilotage manuel à haute altitude", a expliqué au Figaro une personne proche de l'enquête.

Lu sur le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !