Restoux dénonce les avances de Balkany | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Restoux dénonce
les avances de Balkany
©

Machisme

Restoux dénonce les avances de Balkany

L'ancienne judokate et suppléante de Patrick Balkany évoque des avances sexuelles répétées.

"J'ai toujours refusé ses avances, il savait que j'étais mariée, il connaissait mon mari, mais rien ne l'arrête, il tente toujours sa chance, c'est quelqu'un d'assez cash". C'est ainsi que Marie-Claire Restoux résume plusieurs années de relations de "travail" avec Patrick Balkany. Candidate sur sa liste en 2001 aux municipales à Levallois, elle est ensuite devenue sa suppléante en 2007 aux législatives, avant de démissionner avec fracas en 2010.

Après les affaires DSK et Georges Tron, elle a souhaité en dire plus à Mediapart sur les avances sexuelles répétées dont elle avait alors accusé le maire de Levallois:

"Il y a un an, il y a eu la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Un samedi, on se voit à notre permanence de Clichy, je lui parle de sujets qui touchent à la ville et me paraissent importants. Il s'en fichait royalement. Il disait: «Tu es mignonne», «Tu sais que tu me plais», «Cet après-midi je suis tout seul à la mairie, Isabelle n'est pas là, ce serait bien que tu passes»."

L'ancienne judokate ne souhaiter pas porter l'affaire devant la justice, mais elle entend s'en servir pour faire bouger le traitement subi par certaines femmes politiques :

"C'est quelqu'un qui a les mains baladeuses, mais pas avec moi. D'ailleurs, ses avances avec moi étaient toujours dites à l'oral, jamais à l'écrit. Mais ce que j'ai voulu mettre en évidence, c'est que ce ne sont pas les relations que j'ai envie d'avoir avec mon député, c'est insultant."

Lu sur Mediapart

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !