Règlement de comptes à Marseille : un adolescent de 17 ans criblé de 23 balles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
EN 2012, 24 personnes ont été tuées à la suite de règlements de comptes
EN 2012, 24 personnes ont été tuées à la suite de règlements de comptes
©Reuters

Faits divers

Règlement de comptes à Marseille : un adolescent de 17 ans criblé de 23 balles

Il s’agit du cinquième assassinat de la sorte depuis le début de l’année

Un nouveau règlement de comptes à Marseille a eu lieu jeudi 9 mai au soir, mais c’est cette fois un jeune homme de 17 ans qui en a été la victime, rapporte le quotidien marseillaisLa Provence sur son site Internet : le conducteur d'une Renault Clio a été la cible d'un règlement de comptes à 20h35, avenue Simon-Bolívar (15e) à Marseille. Il aurait été touché de 23 projectiles, tirés avec un pistolet mitrailleur de calibres 9mm et une arme de poing.

Selon le Parisien, le jeune homme, prénommé Iskander, a été attaqué par deux individus sur un scooter. Le quotidien de préciser que l’adolescent n’est pas mort sur le coup, citant les marins-pompiers de Marseille qui l’ont pris en charge.

Originaire de la cité Micocouliers, un cité sensible du 14e arrondissement de la ville, il était connu des services de police  pour de petites affaires de stupéfiants.

Le directeur de la Sécurité publique des Bouches-du-Rhône Pierre-Marie Bourniquel, le préfet de police de Marseille Jean-Paul Bonnetain et le procureur adjoint de Marseille Christophe Barret se sont rendus sur les lieux. "Le mode opératoire fait évidemment penser à un règlement de comptes", a constaté ce dernier. Il s'agit du cinquième depuis le début de l'année. En 2012, 24 personnes avaient été tuées dans la région de Marseille à la suite de règlements de comptes.

Lu sur la Provence

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !