Réforme fiscale : Jean-Marc Ayrault dévoile son calendrier | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Réforme fiscale : Jean-Marc Ayrault dévoile son calendrier
©

C'est parti

Réforme fiscale : Jean-Marc Ayrault dévoile son calendrier

"Nous ouvrons un chantier de plusieurs mois de travail qui débouchera sur des propositions à l'été 2014", a indiqué le Premier ministre.

Jeudi, Jean-Marc Ayrault a détaillé au Monde le calendrier de la réforme fiscale qu'il a annoncée en novembre. "Nous ouvrons un chantier de plusieurs mois de travail qui débouchera sur des propositions à l'été 2014", a indiqué le Premier ministre. "Le gouvernement fera ses premiers choix qu'il mettra dans la loi de finances pour 2015. On ne fera pas tout d'un coup, la réforme se poursuivra jusqu'à la fin du quinquennat", a-t-il dit.

A ceux qui considèrent que la réforme est enterrée, le chef du gouvernement répond : "Bien au contraire, nous sommes au travail. Il n'y a ni fuite en avant ni improvisation. Ce n'est pas au moment où les choses commencent à se dessiner qu'il faut renoncer. [...] Quant à ceux qui veulent introduire un coin entre le président de la République et moi, ils inventent la lune." 

Le Premier ministre a réuni pour la première fois ce jeudi un "comité de pilotage" rassemblant les ministres concernés : Pierre Moscovici (Economie), Bernard Cazeneuve (Budget), Michel Sapin (Travail), Marisol Touraine (Santé), Marylise Lebranchu (réforme de l'Etat) et Alain Vidalies (relation avec le Parlement). Le comité se réunira toutes les deux semaines.

Par ailleurs, "des groupes de travail seront mis en place, dès le début 2014, qui associeront partenaires sociaux, experts, parlementaires de la majorité comme de l'opposition", a annoncé Jean-Marc Ayrault.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !