Réforme Code du travail : Le Rapport Badinter présenté aujourd'hui | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Réforme Code du travail : Le Rapport Badinter présenté aujourd'hui
©Reuters

Code du travail

Réforme Code du travail : Le Rapport Badinter présenté aujourd'hui

Robert Badinter présente son projet de réforme du Code du travail, sur fond de guerre civile de la gauche.

Le Gouvernement persiste dans son ambition de refondre le Code du travail. Robert Badinter, icône de la gauche, présente aujourd'hui à 11h30 ses conclusions au premier ministre, et elles sont iconoclastes. A retenir : 

  • On peut s'attendre à un rapport iconoclaste. « Le code du travail n'est pas la bible de la gauche, » a déclaré l'ancien Garde des Sceaux et président du Conseil constitutionnel. 
  • La refonte du droit du travail devrait prendre 2 ans. Le rapport devrait servir de base à la loi présentée par Myriam El Khomri. Après la remise du rapport, il y aura une tournée de consultations avec les partenaires sociaux. Puis présentation du projet au Conseil d'Etat. Puis vote de la loi, qui entame un chantier de 2 ans--donc après 2017.
  • Cette réforme se fait sur fond de guerre civile de la gauche. Emmanuel Macron multiplie les déclarations réformistes, remettant notamment en question les 35 heures. A contrario, Myriam El Khomri s'oppose à la volonté affichée de Macron de détricoter les 35 heures en rendant les heures supplémentaires non majorées par des accords de branche. La bataille entre gauche réformiste et gauche socialiste se poursuit donc...

A LIRE AUSSI : Jean-Marc Sylvestre : La France bonne dernière des créations d'emplois en Europe : la facture de l'immobilisme hollandais qui attendait que la croissance tombe du ciel >>>

 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !